BFMTV

Irak: les Yazidis, le peuple persécuté d'une religion antique

Les Yazidis, le peuple persécuté d'une religion antique

Les Yazidis, le peuple persécuté d'une religion antique - Ahmad Al-Rubaye - AFP

Qui sont-ils exactement? Une minorité religieuse vivant en communauté, comme il y en a plusieurs au Moyen-Orient... Voyez-les sous leur aspect religieux, puis politique.

Qui sont-ils exactement? Une minorité religieuse vivant en communauté, comme il y en a plusieurs au Moyen-Orient, qui ne sont pas musulmans ou bien seulement vaguement rattachés à l'islam. L'on connaît les Druzes, éventuellement non musulmans, et les Alaouites et les Ismaéliens, liés à divers degrés à l'islam; les Samaritains liés au judaïsme. Puis il y a les Yazidis à la fois très spécifiques et sans lien à d'autres. Voyez-les sous leur aspect religieux, puis politique.

Une religion plus vieille que le zoroastrisme

Zoroastre, ce prophète persan du deuxième millénaire avant Jésus-Christ, nous est connu. Plusieurs branches de zoroastrisme existent, mais le yazidisme ne fait pas partie de ceux-là. C'est très probablement une religion antérieure à Zoroastre, issue du même terreau que l'on pourrait appeler la religion de Mithra, ou encore religion du Soleil. Il y a même des sanctuaires mithréens dans la France archéologique, construits par des Romains convertis.

Les Yazidis ne croient pas à la lutte entre le Bien et le Mal comme les Zoroastriens, mais plutôt à un Créateur Suprême unique qui créa le Bien et le Mal en même temps, le Mal étant comme une surdose de Bien, tout comme pour eux le Soleil est la grande source de vie mais aussi possible source de mort, comme l'explique Karl Mund, un Allemand autodidacte hautement spécialisé dans les Yazidis d'aujourd'hui. Ils vénèrent Abraham comme un ancêtre, et ils vénèrent surtout l'Ange Paon, le paon étant un oiseau sacré dans le monde persan, peut-être le symbole du soleil. Au 12e siècle de notre ère, un sage soufi, Adi bin Musafir, se réfugia dans les montagnes yazidies et influença grandement une réforme yazidie qui est encore palpable aujourd'hui. Le yazidisme ne se rattacha pas pour autant à l'islam, et sa caractéristique principale est l'observation de la nature, et les leçons de vie qui peuvent en découler. 

Un "pape" des Yazidis

Leur religion est orale, sans vrai livre sacré central et autoritaire. Ses adeptes vivent en communautés hermétiques, mais sont ethniquement kurdes même s'il y a pas de reconnaissance mutuelle absolue entre eux et les Kurdes d'aujourd'hui. La femme a un statut de quasi-égalité, et la monogamie est de rigueur. Les yazidis ont toujours été très mal vus par l'islam officiel sunnite au cours des siècles, car n'étant pas des fidèles d'une religion du livre comme le judaïsme, le christianisme et l'islam. Ils ont un chef spirituel, le "pape" des Yazidis, Baba Cheikh Kheto Hajji. Et un prince temporel, Mir Tahseen Beg. Les deux postes sont héréditaires. Il y a des clans, certains parlent de castes, mais la société reste plutôt égalitaire. 

Leur lieu sacré est le temple de Lalich, au nord-est de Mossul. C'est là que les enfants sont "baptisés", et que réside en temps normal leur "pape".

A suivre: La survie des Yazidis dans le Moyen-Orient torturé

Harold Hyman