BFMTV

Indonésie: elle meurt après 30 heures de travail d'affilée

-

- - -

Une rédactrice indonésienne de 24 ans est décédée après avoir enchaîné trente heures de travail de suite, dimanche. Elle s'était à plusieurs reprises plainte de ses longues heures de travail sur les réseaux sociaux.

Sa carrière de publicitaire lui aura coûté la vie. Mita Diran, rédactrice indonésienne à l'agence de publicité Y&R Indonesia, est morte après 30 heures de travail non-stop, ce week-end. La jeune femme a été victime d'une crise cardiaque peu de temps après avoir posté un tweet sur ses longues heures de travail.

30 hours of working and still going strooong.
— Mita Diran (@mitdoq) 14 Décembre 2013

Engagée depuis un an et demi, la jeune Indonésienne était parallèlement très active sur les réseaux sociaux. En octobre déjà, Mita Diran postait des commentaires sur l'absurdité de la vie en agence et sur ses conditions de travail, sur Twitter et Tumblr, affublés du hashtag #AgencyLife.

The more you spend time at the office, the more you consider moving your bed here. Preferably next to the fan. #AgencyLife
— Mita Diran (@mitdoq) 29 Octobre 2013
So it's 2AM, Friday night and I'm at the office, nibbling on junk food with 9 other creatives. I'm actually okay with this. #AgencyLife
— Mita Diran (@mitdoq) 25 Octobre 2013

Peu de temps après son ultime tweet du 14 décembre, Mita Diran a été victime d'un arrêt cardiaque. Avant d'être plongée dans un coma duquel elle n'est jamais sortie. Sa mort a rapidement été attribuée à la surcharge de travail et au stress qu'elle a subi. Une cause de décès qu'a soutenu le père de la jeune Indonésienne sur un réseau social.

"Elle a perdu connaissance après avoir travaillé les trois derniers jours à faire des heures supplémentaires. Elle a travaillé au-delà du possible. Et moi, depuis, je ne trouve plus le sommeil", a-t-il conclu.

De son côté, l'agence de publicité, qui employait Mita Diran, a rapidement publié un message de condoléances sur son compte Facebook. L'agence dit avoir fermé ses bureaux le 16 décembre, jour de l'enterrement de la jeune femme.

Malheureusement, Mita Diran est loin d'être la seule victime de ces entreprises qui surexploitent leurs employés. A l'autre bout du globe, en Angleterre, un stagiaire d'une banque londonienne est décédé après 72 heures consécutives de travail, en août dernier. Le décès du jeune homme de 21 ans était aussi imputé à la surcharge de travail et au stress.

Saber Desfarges