BFMTV

Indonésie: des milliers d'oiseaux exotiques menacés dans des forêts pillées

Un ara le 6 janvier 2016, dans le jardin tropical de Megananda Daryono à Bogor, dans la proche banlieue Jakarta

Un ara le 6 janvier 2016, dans le jardin tropical de Megananda Daryono à Bogor, dans la proche banlieue Jakarta - BAY ISMOYO, AFP

Agé de quelques jours et perché dans son nid à l'intérieur d'une volière, un petit oiseau chanteur très apprécié en Indonésie pour son gazouillement porte à la patte une bague métallique, très importante pour lutter contre l'immense trafic d'oiseaux exotiques dans ce pays.

L'oisillon est né dans le jardin tropical de Megananda Daryono, à Bogor, une ville de la grande île de Java, dans la proche banlieue de la capitale Jakarta. Ce défenseur des espèces sauvages vend des oiseaux nés en captivité: il leur enfile une bague à la patte pour montrer aux acheteurs potentiels que ces animaux n'ont pas été capturés dans la nature.

"J'ai réalisé que les oiseaux attrapés dans la forêt disparaîtraient un jour pour de bon", explique-t-il au milieu de ses volières contenant des centaines d'espèces, parmi lesquels de magnifiques perroquets et des oiseaux chanteurs vulnérables.

Des milliers d'oiseaux exotiques sont en effet attrapés illégalement chaque année dans les forêts tropicales en Indonésie et revendus sur des marchés où ils arrivent cachés dans des caisses, parfois même à l'intérieur de bouteilles en plastique.

L'Indonésie est un terrain propice à un tel trafic: la jungle de l'archipel d'Asie du Sud-Est regorge d'espèces d'oiseaux chanteurs, tels le garrulaxe bicolore de Sumatra, le Lori noira rouge à la queue brun-vert ou encore l'étourneau à ailes noires.

Un homme fixe un bracelet metallique à un oisillon, pour prouver sa naissance en captivité, dans le jardin tropical de Megananda Daryono, à Bogor, dans la proche banlieue de la capitale Jakarta, le 6 janvier 2016
Un homme fixe un bracelet metallique à un oisillon, pour prouver sa naissance en captivité, dans le jardin tropical de Megananda Daryono, à Bogor, dans la proche banlieue de la capitale Jakarta, le 6 janvier 2016 © BAY ISMOYO, AFP

Depuis des siècles, les Indonésiens possèdent des oiseaux en cage comme animaux domestiques. Et dans ce pays émergent à la population croissante, l'obsession d'avoir chez soi des oiseaux et la participation à des concours de gazouillement nourrissent une demande sans précédent, en partie alimentée par les trafics.

Conséquence: pas moins de 131 espèces d'oiseaux dans la jungle indonésienne sont menacées, soit plus que dans tout autre pays à l'exception du Brésil, s'alarme TRAFFIC, une ONG de surveillance du commerce de la faune et de la flore.

Les élevages d'oiseaux en captivité comme celui de Megananda sont présentés comme une alternative durable au trafic effréné et lucratif, quand 40% des Indonésiens vivent avec moins de deux dollars par jour.

Le trafic, lui, menace de nombreuses espèces indigènes, ont souligné des experts lors d'une réunion d'urgence l'an passé à Singapour, en appelant à intervenir d'urgence pour mettre fin au pillage.

"Cela concerne des millions et des millions d'oiseaux chaque année, on atteint un seuil critique", affirme Chris Shepherd, de l'ONG TRAFFIC. "C'est maintenant ou jamais pour nombre de ces espèces".

Un homme hydrate un loriquet avant qu'il ne participe à un concours de chant à Jakarta le 7 janvier 2016
Un homme hydrate un loriquet avant qu'il ne participe à un concours de chant à Jakarta le 7 janvier 2016 © BAY ISMOYO, AFP
Des hommes encouragent leurs oiseaux pendant un concours de chant à Jakarta, le 7 janvier 2016
Des hommes encouragent leurs oiseaux pendant un concours de chant à Jakarta, le 7 janvier 2016 © BAY ISMOYO, AFP
Des hommes encouragent leurs oiseaux pendant un concours de chant à Jakarta, le 7 janvier 2016
Des hommes encouragent leurs oiseaux pendant un concours de chant à Jakarta, le 7 janvier 2016 © BAY ISMOYO, AFP
la rédaction avec AFP