BFMTV

Inde: un survivant sorti d'un bâtiment 62 heures après son effondrement

Les secouristes sur le point de sortir le survivant des décombres

Les secouristes sur le point de sortir le survivant des décombres - Twitter

Les autorités sont toujours à la recherche d'une dizaine de personnes disparues.

Cet homme de nationalité indienne est un miraculé. Comme le rapportent les autorités locales, ce dernier a été sorti vivant, et en relative bonne santé, des ruines d'un immeuble qui s'état effondré 62 heures auparavant. L'incident avait fait 17 morts et de nombreux blessés. 

Les secouristes recherchent toujours 10 disparus dans les tonnes de ruines de cette structure à plusieurs étages en construction, qui s'est affaissée il y a quatre jours dans le district de Dharwad, dans l'État du Karnataka dans le sud du pays.

Une vidéo publiée sur Twitter par un haut responsable de la police de cette région, M.N. Reddi, montre des sauveteurs en casque jaune extirpant sous les hourras un homme d'une cavité dans l'amas poussiéreux de béton et d'acier.

Sur ces images, l'homme, appelé Somu, titube en arrivant à la lumière du jour et s'appuie sur ses sauveteurs pour marcher.

54 personnes ont été sorties vivantes des décombres de ce chantier, où sont mobilisés près de 400 secouristes. Les victimes sont principalement des ouvriers du nord de l'Inde venus dans la région pour y trouver du travail.

"Les rescapés ont été emmenés à l'hôpital et cinq personnes ont été arrêtées" en lien avec l'effondrement, a déclaré Srikant, un responsable des services d'urgence.

La police a engagé des poursuites pour homicide involontaire contre le responsable du chantier, qui figure parmi les personnes interpellées.

Les effondrements de bâtiments sont fréquents en Inde. Les constructeurs sont souvent accusés d'utiliser des matériaux de mauvaise qualité pour réduire les coûts ou de corrompre des fonctionnaires pour qu'ils ferment les yeux sur le non-respect des normes de sécurité. La sécurité des employés est peu prise en compte sur les sites.

Hugo Septier avec AFP