BFMTV

"Ils n'étaient pas qu'un chiffre": le New York Times publie en Une 1000 noms de victimes du coronavirus

Le quotidien américain s'est plongé dans les avis de décès de centaines d'Américains morts du coronavirus, afin de rappeler "qu'aucun n'était qu’un chiffre".

"Les États-Unis approchent les 100.000 morts, une perte incalculable", titre le New York Times. En dessous, le journal consacre la Une de sa dernière édition, publiée samedi soir, aux noms de 1000 victimes du coronavirus aux Etats-Unis.

"Ils n’étaient pas que des noms sur une liste", a ainsi tenu à rappeler le quotidien américain.

"Comprendre le poids de ce que nous traversons"

Comme l'a fait le journal Le Monde début avril en France, le New York Times s'est "plongé dans les nécrologies et avis de décès" de plusieurs centaines d'Américains.

L'objectif? Montrer que derrière les statistiques et bilans de l'épidémie égrenés chaque soir par les autorités, il y a des vies. "Les 1000 personnes sur cette page représentent 1% du bilan. Aucune n’était qu’un chiffre", soulignent les journalistes.

"Je voulais quelque chose que les gens puissent relire dans 100 ans ans pour comprendre le poids de ce que nous traversons", a expliqué à l'Agence France Presse Marc Lacey, le rédacteur en chef national du journal.

Vétéran du Vietnam, pompier ou DJ

A la suite du nom, de l'âge et de la ville d'origine de la victime est ajouté un élément sur la vie de la personne, qui raconte aussi, quelque chose de l'histoire du pays:

"Michael Mika, 73 ans, Chicago, vétéran de la guerre du Vietnam. (...) Kyra Swartz, 33 ans, New York, bénévole dans une association d'aide aux animaux abandonnés. (...) Black N Mild, 44 ans, Nouvelle-Orléans, D.J et personnalité de la radio. Albert Petrocelli, 73 ans, New York, chef des pompiers qui a répondu lors de l'appel du 11 septembre 2001."

La diversité des âges comme des lieux montre aussi que la pandémie n'épargne désormais aucune catégorie aux Etats-Unis.

Au total,1.621.658 cas de coronavirus ont été officiellement confirmés dans le pays, le nombre le plus élevé au monde. Parmi eux, 97.048 personnes en sont mortes, selon le comptage quotidien de l'Université Johns Hopkins.

Esther Paolini