BFMTV

Gaza: Israël renforce le blocus

Le poste de Kerem Shalom, principal point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza

Le poste de Kerem Shalom, principal point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza - SAID KHATIB / AFP

Cette décision a été prise dans un cadre de fortes tensions entre Israéliens et Palestiniens, alors qu'un cessez-le-feu est en vigueur depuis 2014.

Le ministère de la Défense israélien a annoncé lundi une interdiction de livrer du fioul et du gaz via Kerem Shalom, le seul point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza. Israël renforce ainsi davantage le blocus de la bande de Gaza, en réaction aux cerfs-volants incendiaires lancés depuis l'enclave.

Les livraisons de fioul pour les habitants de Gaza seront suspendues jusqu'à dimanche et la zone de pêche sur la côte de Gaza sera réduite de 6 à 3 milles. Le ministère précise que le passage de Kerem Shalom restera ouvert uniquement pour les besoins humanitaires.

Situation humanitaire précaire

La bande de Gaza, territoire coincé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, et contrôlé par le Hamas, est soumis à un strict blocus terrestre, maritime et aérien imposé par Israël. La situation humanitaire est très précaire dans cette enclave, où plus de 80% de la population est tributaire d'une aide, selon la Banque mondiale.

Depuis le 30 mars, les Gazaouis manifestent le long de la barrière qui sépare l'enclave d'Israël afin de dénoncer le blocus israélien et pour exiger le retour des réfugiés palestiniens chassés ou qui ont fui de leurs terres en 1948 lors de la création de l'Etat d'Israël. 

Au moins 141 Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne et plus de 4000 blessés par balle. Aucun Israélien n'a été tué. Israël a justifié sa riposte en affirmant qu'elle était nécessaire pour défendre ses frontières et arrêter les infiltrations.

Cessez-le-feu tendu depuis 2014

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait prévenu la semaine dernière que "d'autres mesures pour lutter contre le Hamas", mouvement islamiste qui dirige l'enclave, seraient prises, alors qu'Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008 et observent depuis 2014 un cessez-le-feu tendu.

Les autorités israéliennes peinent par ailleurs à enrayer la vague d'incendies provoqués par des ballons et des cerfs-volants équipés de flammèches lancés depuis Gaza vers le territoire israélien, devenus depuis fin mars le symbole de la mobilisation palestinienne.

Le porte-parole des pompiers israéliens a affirmé récemment à l'Agence France Presse (AFP) que ces cerfs-volants incendiaires avaient provoqué "environ 750 incendies" qui ont brûlé près de 2600 hectares en environ 100 jours. Il a estimé "à plusieurs millions de shekels" le montant des dégâts, sans être en mesure de donner un chiffre plus précis.

L.D., avec AFP