BFMTV

Excuses du pape aux victimes irlandaises de pédophilie

Le pape Benoît XVI a présenté dans une lettre ses excuses aux victimes d'abus sexuels commis par le clergé irlandais et a annoncé l'ouverture d'une enquête officielle du Vatican dans les diocèses et les séminaires touchés par le scandale. /Photo prise le

Le pape Benoît XVI a présenté dans une lettre ses excuses aux victimes d'abus sexuels commis par le clergé irlandais et a annoncé l'ouverture d'une enquête officielle du Vatican dans les diocèses et les séminaires touchés par le scandale. /Photo prise le - -

par Philip Pullella CITE DU VATICAN - Le pape Benoît XVI a présenté samedi dans une lettre ses excuses aux victimes d'abus sexuels commis par le...

par Philip Pullella

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le pape Benoît XVI a présenté samedi dans une lettre ses excuses aux victimes d'abus sexuels commis par le clergé irlandais et a annoncé l'ouverture d'une enquête officielle du Vatican dans les diocèses et les séminaires touchés par le scandale.

Depuis quelques semaines, le Vatican s'efforce de contenir les préjudices qui lui sont portés par des accusations de pédophilie visant des religieux en Irlande, en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas.

"Vous avez gravement souffert et je suis vraiment désolé (...) Je vous exprime ouvertement la honte et le remords que nous éprouvons tous", écrit le pape dans une lettre pastorale.

"Je ne peux que partager le désarroi et le sentiment de trahison que nombre d'entre vous ont ressenti en prenant connaissance de ces actes scandaleux et criminels et de la façon dont les autorités de l'Eglise en Irlande les ont affrontés", poursuit-il.

La lettre, adressée aux Irlandais, aux évêques, aux prêtres et aux victimes des abus dans le pays à majorité catholique, ne fait pas référence à des scandales similaires qui avaient éclaboussé l'Eglise dans d'autres pays, y compris en Allemagne d'où est originaire Benoit XVI.

Mais l'archevêque allemand Robert Zollitsch a estimé que la lettre était également un avertissement adressé aux évêques allemands.

"Le scandale des abus sexuels n'est pas un problème juste irlandais (...) C'est pour cela que je vois la réprimande du pape aux évêques irlandais comme une réprimande qui s'adresse à nous également", a-t-il dit dans un communiqué.

"VISITE APOSTOLIQUE"

Dans sa lettre, le pape n'appelle pas à une restructuration radicale de l'Eglise d'Irlande et ne précise pas si les évêques impliqués dans le scandale devront démissionner.

Il a cependant annoncé son intention de lancer "une visite apostolique" dans "certains" diocèses d'Irlande ainsi que dans des séminaires et des congrégations religieuses.

Une visite apostolique est une enquête au cours de laquelle les enquêteurs rencontrent des évêques, des responsables de séminaires des congrégations et d'églises locales pour voir les réponses apportées par le passé, proposer des changements et décider d'une éventuelle action disciplinaire.

Les détails de l'enquête seront annoncés "en temps utile", a précisé le pape.

S'adressant aux évêques, Benoit XVI a critiqué les réponses apportées aux cas d'abus dans le passé.

"Il faut admettre que de graves erreurs de jugement furent commises et que des manquements dans le gouvernement ont eu lieu. Tout cela a sérieusement miné votre crédibilité et efficacité", estime-t-il.

"Seule une action ferme menée de l'avant de manière pleinement honnête et transparente pourra rétablir le respect de l'affection des Irlandais envers l'Eglise, à laquelle nous avons consacré notre vie."

DÉCEPTION DES VICTIMES

Après lecture de la lettre, des groupes de victimes irlandaises ont fait part de leur déception.

"Nous avons le sentiment que la lettre est loin d'aborder les préoccupations des victimes", a dit à Reuters Maeve Lewis, directrice générale du groupe "One in four".

Elle a déploré notamment le fait que le pape n'appelle pas de ses voeux la démission du cardinal Sean Brady qui est à la tête de l'Eglise d'Irlande.

La lettre, premier document consacré exclusivement par un pape au problème de la pédophilie, fait suite à un rapport gouvernemental accablant sur des cas d'abus d'enfants par des prêtres dans l'archidiocèse de Dublin.

D'après le rapport Murphy, publié en novembre dernier, l'Eglise d'Irlande a caché de manière "obsessionnelle" les abus pratiqués sur des enfants qui y ont été commis de 1975 à 2004.

Le dernier scandale en Allemagne, où ont émergé plus de cent cas d'abus sexuels dans des institutions catholiques, se révèle extrêmement sensible pour le pape originaire d'Allemagne qui, sous son nom de Joseph Ratzinger, a été évêque de Munich entre 1977 et 1981.

La révélation de nouveaux cas suscitant l'indignation de l'opinion allemande, le vice-président de la chambre basse, Wolfgang Thierse, a demandé au pape de présenter des excuses au nom des religieux incriminés.

Avec Andras Gergely à Dublin et Erik Kirschbaum à Berlin, Marine Pennetier pour le service français, édité par Clément Dossin