BFMTV

Vacances: seuls 54% des européens comptent partir cet été

Jamais depuis 2000 les Européens n'avaient été si peu à prévoir des vacances d'été: ils sont seulement 54% cette année, selon le baromètre Ipsos-Europ Assistance, publié jeudi.

Jamais depuis 2000 les Européens n'avaient été si peu à prévoir des vacances d'été: ils sont seulement 54% cette année, selon le baromètre Ipsos-Europ Assistance, publié jeudi. - -

La crise n'épargne rien ni personne et les vacances n'échappent pas aux coupes budgétaires. Les Britanniques sont les seuls à dépenser plus que l'année passée pour partir. Consolation, la France reste la première destination des touristes sur le continent.

Jamais depuis 2000 les Européens n'avaient été si peu à prévoir des vacances d'été: ils sont seulement 54% cette année, selon le baromètre Ipsos-Europ Assistance, publié jeudi. En cause, la crise qui pèse désormais durablement et modifie les comportements.

Le taux de départs le plus bas depuis 2000

Avec 54%, le compteur affiche 4 points de moins qu'en 2012 et le taux le plus bas depuis 2000 pour les intentions de départs entre juin et septembre des Européens étudiés (Français, Allemands, Britanniques, Italiens, Espagnols, Belges et Autrichiens). La chute est même de 12 points par rapport à 2011, d'après ce baromètre, réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 4.048 Européens.

Les intentions de départs uniques chutent pour la première fois. Une majorité d'Espagnols renonce à partir (42% le feront contre 51% en 2012). Les Britanniques sont les seuls dont les intentions de départ augmentent (56%, +5 pts). Les Français restent ceux qui comptent le plus partir en vacances (62%), mais leur taux recule de 8 points en un an. Les intentions de départ des Italiens et des Belges chutent de 10 points, à respectivement 53% et 49%.

La France reste en tête des destinations

Quatre Européens sur cinq resteront en Europe (81%, +2 pts), surtout dans les destinations méditerranéennes, et près des deux tiers des vacanciers déclarés optent pour la mer (64%, +2 pts).

La France reste la destination numéro un des Européens (18%). 60% des vacanciers français iront en France et 65% des Espagnols en Espagne. Si 73% des vacanciers européens ont commencé à préparer leurs séjours à l'avance, 25% comptent se décider à la dernière minute, Italiens en tête. 71% comptent organiser eux-mêmes leur voyage et 25% acheter un forfait tout compris, les Français étant ceux qui s'organisent le plus seuls (75%). Les Britanniques sont ceux qui réservent le plus par internet (66%).

Un budget moyen en léger recul

Le budget moyen des vacances d'été recule de 4 euros à 2.100 euros, hors Royaume-Uni. (Si l'on inclut la livre britannique plus forte qu'en 2012, le budget moyen des sept pays étudiés augmente de 5,2% à 2.242 euros).

Mais les disparités sont fortes. Les Britanniques auront le budget moyen le plus élevé (2.803 euros, +20,3%), supérieur de plus de 1.000 euros à celui des Espagnols, en queue de peloton.

Le budget des Belges augmente de 4% à 2.508 euros, celui des Autrichiens de 13% à 2.505 euros, celui des Allemands recule de 5,5% à 2.343 euros, celui des Français progresse de 1,3% à 2.140 euros, celui des Italiens prend 4% à 1.761 euros et celui des Espagnols chute de 16% à 1.607 euros.

En moyenne, 58% des vacanciers européens comptent économiser sur leur budget estival. Les plus enclins à le faire sont les Italiens (71%) et les Britanniques (67%), les moins enclins les Français (51%) et les Belges (44%).

D. N. avec AFP et Mariam Pirzadeh (sujet vidéo)