BFMTV

Une sulfureuse ex-Miss Bosnie accusée de meurtres

Slobodanka Tosic, dans un cliché posté il y a quelques mois sur son compte Facebook.

Slobodanka Tosic, dans un cliché posté il y a quelques mois sur son compte Facebook. - Montage BFMTV.com

L'ex-Miss Bosnie 2005 vient d'être arrêtée en Croatie et extradée vers son pays pour y être jugée. Les enquêteurs la soupçonnent d'avoir frayé avec le grand banditisme.

Regard bleu acier et longue chevelure blonde, la sculpturale Slobodanka Tosic fait la une des journaux de son pays. La jeune femme, âgée de 29 ans, est soupçonnée de complicité dans cinq meurtres et plusieurs braquages. En cavale depuis près d'un an, elle vient d'être interpellée en Croatie, et extradée vers la Bosnie-Herzégovine, son pays d'origine, où un procès l'attend. 

Recherchée par la police, la jeune femme est tombée dans le filet de policiers qui mènent une vaste enquête depuis plusieurs mois, sur un réseau criminel aux ramifications internationales, et dans lequel elle aurait joué un rôle d'importance. Nom de code de l'opération: "Poupée". La police détient quelque 32 suspects dans cette affaire, et leur procès va bientôt commencer.

Braquages et meurtres sanglants

C'est en 2005 que Slobodanka Tosic s'est faite connaître du grand public. La jeune femme, à peine la vingtaine, remporte alors le concours de Miss Bosnie. Elle devient une starlette, enchaîne les publications pour PlayBoy, et participe à plusieurs télé-réalités, dont la version serbe de Koh-Lanta. 

Mais la jeune femme a un faible pour les gangsters. Elle flirte avec Djordje Zrale, un criminel bosniaque, qui sera finalement condamné à vingt ans de prison pour avoir abattu un policier. Elle le quitte pour un autre malfaiteur, Darko Elez, à la tête du gang démantelé dans l'opération "Poupée". Braquages, meurtres sanglants: au total, les hommes du groupe auraient amassé près de 5 millions d'euros, selon les policiers, et tué au moins cinq personnes, notamment lors de fusillades.

Aujourd'hui, la justice l'accuse non seulement de complicité pour ces faits, mais aussi d'homicide, pour avoir voulu tuer son ex, Djordje Zrale. En 2006, selon le dossier d'accusation, elle l'aurait piégé en le faisant venir dans un petit village, où deux tireurs embusqués l'attendaient. L'homme avait rééchappé de justesse au traquenard. Amenée devant la justice de son pays, la jeune femme, qui clame son innocence, va devoir répondre de son passé. Elle risque jusqu'à dix ans de réclusion criminelle. 

Alexandra Gonzalez