BFMTV

Un magazine autrichien imprimé avec du sang de séropositifs

Un magazine autrichien a imprimé sa dernière édition avec une encre mélangée au sang de personnes séropositives, afin d'attirer l'attention sur la stigmatisation encore attachée au virus VIH à l'origine du sida.

Pour attirer l'attention de ses lecteurs sur la stigmatisation encore attachée aux personnes séropositives, Vangardist a choisi un procédé curieux. Le site autrichien a en effet imprimé un magazine avec une encre mélangée au sang de personnes séropositives.

"Nous avons voulu prendre position contre la stigmatisation et les peurs irrationnelles" entourant "le VIH et les séropositifs", explique Julian Wiehl, patron et fondateur du trimestriel Vangardist. "Tenir dans ses mains ce magazine, c'est comme tenir un séropositif. Rien ne peut se passer, rien de mal ne peut vous arriver", ajoute-t-il.

Du sang pasteurisé

Le journal bilingue allemand-anglais n'existe habituellement qu'en édition numérique. La dernière édition du trimestriel, qui titre sur "les héros du VIH" (#HIVHeroes) qui luttent contre la stigmatisation de la maladie, fait exception.

Trois personnes atteintes par le virus ont donné de leur sang, qui a été ajouté à de l'encre d'imprimerie. L’encre contaminée a été pasteurisée et il n’y a - évidemment - aucun danger de transmission: l’objet est "safe à 100%", assure le site.

Pour des raisons juridiques, le journal a même publié une liste de recommandations sanitaires, note Libération. Il invite notamment les lecteurs, afin de prévenir "tout dommage psychologique", à ne pas mettre le magazine, présenté sous cellophane uniquement, en contact avec des personnes qui ne le souhaiteraient pas. Etrange manière de lutter contre la stigmatisation des 35 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde.

Quelque 3.000 exemplaires imprimés de cette manière peuvent être commandés en ligne pour 50 euros, tous les bénéfices étant versés à une organisation caritative. 15.000 exemplaires imprimés "normalement" sont également disponibles, au prix de 10 euros.

K. L. avec AFP