BFMTV

Ukraine: nouvelle démonstration de force des pro-européens

Cette mobilisation monstre des pro-européens est la troisième de ce type après celles des deux dimanches précédents.

Cette mobilisation monstre des pro-européens est la troisième de ce type après celles des deux dimanches précédents. - -

Environ 200.000 Ukrainiens se sont rassemblés à Kiev à l'appel de l'opposition pour une nouvelle manifestation de masse contre le président. L'UE suspend pour sa part les travaux en vue d'un accord avec le pays.

Les opposants au pouvoir ne lâchent rien. Environ 200.000 Ukrainiens se pressaient dimanche sur la place de l'Indépendance à Kiev à l'appel de l'opposition pour une nouvelle manifestation de masse contre le président Viktor Ianoukovitch et son choix de privilégier un rapprochement avec la Russie au détriment d'une intégration européenne.

Alors que l'Union européenne suspend les travaux en vu d'un accord d'association avec l'Ukraine en raison du manque d'engagement clair du président Viktor Ianoukovitch à signer ce document, McCain manifeste son soutien aux opposants. "L'Amérique est avec vous!", assure le sénateur républicain et ancien candidat à la présidentielle américaine.

Vers 10 heures GMT, heure du début officiel de la manifestation, la vaste place de l'Indépendance était déjà noire de monde, et les gens continuaient d'arriver en masse. Les manifestants, portant drapeaux et écharpes aux couleurs de l'Ukraine et de l'Union européenne avaient commencé à affluer dès le petit matin, malgré une température de -2° Celsius.

Troisième manifestation du genre

Cette mobilisation monstre est la troisième de ce type après celles des deux dimanches précédents qui avaient mobilisé des centaines de milliers de manifestants vent debout contre le refus fin novembre du président ukrainien de signer un accord d'association avec l'Union européenne, pourtant en préparation depuis trois ans, et ses tentatives de rapprochement avec la Russie.

La veille, les célèbres boxeurs ukrainiens Vitali et Wladimir Klitschko avaient tenté de galvaniser encore un peu plus leurs partisans en vue de cette manifestation.

"Nous voyons bien les tentatives pour nous intimider mais elles vont échouer", a déclaré Vitali Klitschko, l'un des leaders de l'opposition. Il faisait allusion à la dispersion violente d'une manifestation sur Maïdan le 30 novembre qui n'a fait que renforcer la mobilisation et aux tentatives de policiers anti-émeutes de nettoyer cette place dans la nuit de lundi à mardi qui ont été repoussés par l'afflux de manifestants.

Les pro-Ianoukovitch dans le parc Mariinski

A l'instar des pro-européens, les pro-Ianoukovitch ont renforcé de la même manière leur présence dans le parc Mariinski. "J'aime bien (Vladimir) Poutine. Notre peuple n'a pas besoin de libéraux, il lui faut un dirigeant à poigne", déclare Galina Beresneva, une retraitée de Kiev.

Dans un geste de conciliation samedi, le président Ianoukovitch a révoqué deux hauts responsables, dont le maire de Kiev, pour avoir ordonné la dispersion violente de la manifestation du 30 novembre qui a fait des dizaines de blessés dont de nombreux étudiants.

L'opposition a jugé cette décision "pas suffisante" et réclame la démission du ministre de l'Intérieur Vitali Zakhartchenko et du Premier ministre Mykola Azarov.

Jeudi, l'UE, à l'issue de négociations avec une délégation ukrainienne à Bruxelles, avait demandé aux autorités ukrainiennes de s'engager "clairement" sur la voie européenne, promettant un soutien financier "à la hauteur de ses ambitions".

L.B. avec AFP