BFMTV

Ukraine: les séparatistes inflexibles malgré l'accord de Genève

Les militants pro-russes demeurent intraitables, malgré l'accord signé jeudi pour résoudre le conflit.

Les militants pro-russes demeurent intraitables, malgré l'accord signé jeudi pour résoudre le conflit. - -

Malgré la signature d'un accord jeudi pour stopper la crise, les insurgés pro-russes restent intraitables. La Russie a par ailleurs annoncé avoir massé ses troupes aux frontières de l'Ukraine.

Les insurgés séparatistes de l'Est de l'Ukraine demeuraient inflexibles vendredi, refusant l'accord conclu à Genève pour apaiser la crise dans le pays. Le Kremlin a par ailleurs confirmé que ses troupes étaient mobilisées à proximité de la frontière ukrainienne "en raison de la situation".

Les autorités pro-européennes dont les insurgés exigent le départ ont quant à elles tendu la main aux rebelles, promettant une importante décentralisation et un statut protecteur pour la langue russe. Elles n'ont pas réagi à la fin de non-recevoir des insurgés.

La Russie, elle, a massé selon l'Otan jusqu'à 40.000 hommes à la frontière entre les deux pays: le président Vladimir Poutine a promis d'assurer "à tout prix" la protection des russophones de l'ex-URSS.

Le spectre de la partition

"Il y a des troupes près de la frontière ukrainienne. Certaines y sont basées, d'autres ont été envoyées en renfort en raison de la situation en Ukraine", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

A la surprise générale, les chefs de la diplomatie ukrainienne, russe, américaine et européenne avaient signé jeudi à Genève un texte prévoyant notamment le désarmement des groupes armés, la libération des bâtiments publics occupés et une amnistie pour les insurgés non "coupables de crimes de sang".

Mais, barricadés dans leur QG du bâtiment de l'administration régionale de Donetsk où des haut-parleur diffusent l'hymne russe, les insurgés ont sèchement rejeté ce plan, ravivant le spectre de la partition ce pays de 46 millions d'habitants, frontalier de plusieurs membres de l'Union européenne et de l'Otan.

Des mesures "asymétriques" en préparation?

Le président par intérim Olexandre "Tourtchinov et [le Premier ministre Arseni] Iatseniouk doivent d'abord quitter les bâtiments qu'ils occupent illégalement après leur coup d'Etat", comme les séparatistes qualifient le soulèvement qui a renversé fin février un régime pro-russe, a lancé David Pouchiline, un des responsables de la "république" autoproclamée de Donetsk.

Sur le terrain, les mystérieux "hommes verts" en armes -militaires russes, selon Kiev, "groupe locaux d'autodéfense", selon Moscou- contrôlaient toujours la localité de Slaviansk, qu'ils ont prise il y a six jours. Et les séparatistes, simples manifestants ou groupes armés, tenaient toujours des bâtiments publics dans plus d'une demi-douzaine de villes de l'Est russophone.

L'ex-chef de l'état-major ukrainien Volodymyr Zamana a estimé vendredi que l'Ukraine devait préparer des mesures "asymétriques" pour repousser une intervention russe.

M. K. avec AFP