BFMTV

Ukraine: des flashmobs et "L'Ode à la Joie" en hommage aux morts du Maïdan

Le 24 mars 2014, l'hymne européen "L'Ode à la Joie" avait déjà été interprété lors d'une flashmob à Odessa, en Ukraine.

Le 24 mars 2014, l'hymne européen "L'Ode à la Joie" avait déjà été interprété lors d'une flashmob à Odessa, en Ukraine. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

VIDEO - "L'Ode à la Joie" de Beethoven a résonné dans sept aéroports ukrainiens, dimanche, lors de concerts improvisés, pour rendre hommage aux morts de la contestation pro-européenne à Kiev.

L'hymne européen pour marquer de nouveau son opposition à la Russie et rendre hommage aux morts de la place Maïdan. L'Ode à la Joie de Beethoven a résonné dans sept aéroports ukrainiens, dimanche, lors de concerts improvisés, pour rendre hommage aux morts de la contestation pro-européenne à Kiev.

A l'aéroport Jouliany de la capitale ukrainienne, l'orchestre national et celui de la présidence ont uni leurs instruments pour jouer ces notes qui constituent l'hymne de l'Union européenne, référence à l'orientation pro-UE du nouveau pouvoir en place depuis la chute de l'ex-président Viktor Ianoukovitch.

Beethoven déjà joué à Odessa une semaine plus tôt

Incognito parmi les passagers, les musiciens ont sorti leurs instruments et se sont rassemblés, rejoints par des choristes, suscitant aussitôt un attroupement du public qui filmait la performance avec des téléphones portables.

Selon les organisateurs, des performances identiques ont été organisées dans six autres aéroports du pays, dont Kiev Boryspil, le fief nationaliste Lviv dans l'ouest, mais aussi dans des villes russophones touchées par des mouvements séparatistes, comme Donetsk, Kharkiv ou Odessa.

A Odessa une semaine plus tôt, l'orchestre philharmonique du port de la mer Noire avait créé la surprise dans un marché couvert en interprétant entre les étals du rayon viande le même morceau. Immortalisée par des passants, la scène a fait le tour des réseaux sociaux. Découvrez la scène à Odessa:

40 jours de deuil

Cette fois, le "flashmob" commémorait les 40 jours de deuil, marqués traditionnellement par les orthodoxes, après la mort de près de 100 personnes à Kiev, le 20 février, journée la plus meurtrière de la contestation du Maïdan de Kiev. Ce bain de sang avait précipité la chute du président Viktor Ianoukovitch, destitué deux jours plus tard.

Pour l'occasion, près de 10.000 personnes se sont aussi réunies sur le Maïdan, apportant des fleurs sur les barricades de la place de l'Indépendance. "Je veux que mes enfants sachent ce que nous avons enduré et se souviennent de ces gens qui ont donné leur vie pour leur futur et leur bien", a expliqué à l'AFP Volodymyr, un informaticien de 37 ans venu avec ses deux enfants. "Je suis heureux d'être vivant et de pouvoir être avec ma famille, mais ces héros ne pourraient plus jamais être avec leur famille", a-t-il ajouté.

Présent, l'ex-boxeur Vitali Klitschko s'est expliqué sur son choix, annoncé samedi, de ne pas se présenter à la présidentielle du 25 mai et de soutenir à la place le député et milliardaire Petro Porochenko.

"Il nous faut unir nos forces comme nous l'avons fait pour renverser Viktor Ianoukovitch. Ce qu'il nous faut, ce ne sont pas des ambitions personnelles, mais un pays uni", a-t-il déclaré.

S. C. avec AFP