BFMTV

Les Suisses vont devoir se prononcer pour ou contre les vaches à cornes

Vache à cornes dans un champ en Suisse

Vache à cornes dans un champ en Suisse - FABRICE COFFRINI / AFP

Un groupement d'éleveurs se mobilise contre la pratique très répandue de l'écornage.

En ce mois de novembre, les bovins sont au centre de toutes les attentions chez nos voisins suisses. Les électeurs sont en effet appelés à se prononcer le 25 novembre prochain sur la mise en place de nouvelles subventions pour les paysans qui choisissent d'élever des vaches à cornes. Dans le cadre de cette votation fédérale "pour la dignité des animaux de rente agricole", les partisans du oui souhaitent ainsi lutter contre la pratique de l'écornage, très répandue chez les agriculteurs pour des raisons de commodité et d'économie.

Les initiateurs du texte réclament des subventions supplémentaires, arguant que les vaches à cornes sont plus onéreuses à élever : elles se blessent mutuellement et peuvent également égratigner les éleveurs. Afin de favoriser le bien-être de l'animal et de ne pas être contraints d'attacher leur bétail, les éleveurs de bovins à cornes nécessitent de plus vastes enclos et souhaitent privilégier les sorties en plein air. Ce qui a un coût.

Sélection génétique ou ablation

Si certaines espèces sont naturellement dépourvues de cornes, la plupart sont aujourd'hui sélectionnées génétiquement, ou subissent une ablation de leur vivant.

Les défenseurs des vaches à cornes soulignent toutefois que "la corne des vaches n'est pas "un os mort et nu", comme l'explique Anet Spengler, responsable du groupe sélection animale de l'Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), cité par le quotidien suisse 24 heures.

L'intérieur de la corne est directement relié au sinus frontal de l'animal et son ablation n'est donc pas sans conséquence et peut notamment entraîner d'importantes modifications dans le développement de leur cerveau.

Me.R.