BFMTV

Manifester pour la démocratie et la justice, c’est le geste 2011

Votre serviteur avec Manoubia et Leïla Bouazizi, mère et soeur de Mohamed Bouazizi, le 1er juillet 2011 à Paris

Votre serviteur avec Manoubia et Leïla Bouazizi, mère et soeur de Mohamed Bouazizi, le 1er juillet 2011 à Paris - -

L’année du grand consensus des prix : la lutte pour la démocratie est primée par le Comité Nobel, le Parlement européen, et Time Magazine.
Votre serviteur avec Manoubia et Leïla Bouazizi, mère et soeur de Mohamed Bouazizi, le 1er juillet 2011 à Paris
Votre serviteur avec Manoubia et Leïla Bouazizi, mère et soeur de Mohamed Bouazizi, le 1er juillet 2011 à Paris © -

En choisissant comme personne de l’année la totalité des manifestants du monde, Time Magazine a tendu la main au monde arabe. Le journaliste de Time Ken Andersen explique très bien ce qui l’a inspiré : le fait que les manifestants mondiales -- surtout le Moyen-Orient, l’Amérique du Nord, l’Espagne et la Russie -- se sont inspirées mutuellement, via les réseaux sociaux.

Ces réseaux sociaux ont permi à ces millions de manifestants de s’apprendre entre eux comment agir : dresser les tentes, organiser des vigies, et autres tactiques pacifiques. Chaque fois que les manifestants d’une partie du monde se mettent en branle, ils s’enhardissent des actions des manifestants ailleurs. Tahrir suit Wall Street et inversement.

C’est bien vu de la part de Time. Déjà le thème des contestataires pro-démocratie, militants des droits de l’homme, et bloggeurs divers. Le Prix Nobel qui récompense trois femmes dont la bloggeuse yéménite Tawakul Karman, que j’ai pu rencontrer. Et puis le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, qui en ce 14 décembre récompense les Activistes du Printemps arabe, dont Ali Farzat le caricaturiste syrien dont les deux mains ont été cassées par la flicaille syrienne, et Mohamed Bouazizi l’auto-immolé tunisien par qui tout est venu le 17 décembre 2010. Voici Bouazizi primé deux fois : collectivement par Time, et nommément (et à titre posthume) par le Parlement européen !

Un genre de triste record pour le jeune décédé dans de grandes souffrances, mais qui avait préféré ce geste plutôt bouddhiste que celui de la violence physique contre autrui.

Harold Hyman