BFMTV

L'Ukraine enquête et interdit de territoire les députés français qui se sont rendus en Crimée 

Plusieurs députés, dont Thierry Mariani, ont réalisé une visite très contestée en Crimée, plus d'un an après son annexion par la Russie. Ils sont désormais interdits de territoire et Kiev enquête sur eux.

Plusieurs députés, dont Thierry Mariani, ont réalisé une visite très contestée en Crimée, plus d'un an après son annexion par la Russie. Ils sont désormais interdits de territoire et Kiev enquête sur eux. - Max Vetrov - AFP

Plusieurs députés, dont Thierry Mariani, ont réalisé une visite très contestée en Crimée, plus d'un an après son annexion par la Russie. Ils sont désormais interdits de territoire et Kiev enquête sur eux.

L'Ukraine a annoncé ce jeudi avoir interdit l'entrée sur son territoire à dix députés français ayant visité la semaine dernière, malgré les protestations de Kiev et Paris, la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée en 2014 par la Russie. Dans le même temps, une enquête a été ouverte contre eux pour "franchissement illégal de frontière", rapporte notamment Russia Today.

Les parlementaires, pour la plupart membres des Républicains, sont désormais interdits d'entrée en Ukraine pour "trois ans", ont annoncé dans un communiqué les services secrets ukrainiens (SBU). Il s'agissait de la première visite en Crimée d'une délégation d'élus occidentaux de ce rang.

Un "pas destructeur"

Leur voyage la semaine dernière, effectué "sans accord" de Kiev, est "un pas destructeur" qui "porte atteinte à la souveraineté nationale et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a fait valoir le SBU.

L'ouverture d'une enquête a elle été annoncée par un député de la Rada, Georgiy Logvinskiy. "A ma demande, le parquet général d’Ukraine a ouvert une instruction et a commencé un examen extrajudiciaire à son encontre, ainsi que des neuf autres députés réfractaires français", a-t-il déclaré sur sa page Facebook, dans des propos traduits par Russia Today.

La Crimée a été annexée par Moscou en mars 2014 après l'occupation de la péninsule par des troupes russes et un référendum contesté, qualifié d'illégal par Kiev et les Occidentaux.

L'Union européenne a pris des sanctions qui interdisent notamment les activités touristiques en Crimée. Très médiatisée en Russie, la visite de deux jours de cette délégation a été dénoncée par le ministre français des Affaires étrangères comme une violation du droit international et par Kiev comme un "manque de respect" pour l'Ukraine.

Une annexion défendue par les élus français

A l'issue de ce déplacement, ces députés ont défendu l'annexion de la Crimée, assurant que ses habitants étaient "heureux d'être revenus en Russie" et "soulagés de ne pas connaître la guerre", contrairement à ceux de l'est de l'Ukraine où un conflit entre les rebelles prorusses et l'armée a fait plus de 6.800 morts en quinze mois.

"L'Histoire c'est que la Crimée a toujours été russe, l'Histoire c'est que la population s'est toujours sentie russe", a renchéri lundi à Paris un de ces députés, Thierry Mariani, député Les Républicains (LR) des Français de l'étranger dont ceux de Russie.

Mardi, le même service de sécurité ukrainien avait annoncé qu'un autre français, l'acteur Gérard Depardieu, était interdit d'entrée en Ukraine "pour cinq ans", pour avoir déclaré que ce pays faisait "partie de la Russie". Une délégation du mouvement italien Cinq étoiles (M5S) se rendra en octobre à Moscou et en Crimée pour dénoncer les sanctions imposées à la Russie, a annoncé jeudi le chef du mouvement.
Jé. M. avec AFP