BFMTV

L'UE s'accorde sur la répartition de 120.000 réfugiés

Les 28 Etats membres de l'Union européenne ont adopté mardi "à une large majorité" la répartition en Europe de 120.000 réfugiés.

Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne se sont accordés mardi après-midi à Bruxelles sur la répartition de 120.000 réfugiés à "une large majorité", pour éviter un nouvel échec face à une crise migratoire "sans précédent", a-t-on appris de source officielle. 

"La décision sur la relocalisation de 120.000 personnes (a été) adoptée par une large majorité d'Etats membres", a annoncé la présidence luxembourgeoise sur Twitter.

Une décision dont s'est félicité François Hollande. "L’Europe a pris ses responsabilités", a déclaré depuis Londres le président français à la suite de l’accord trouvé par l’UE sur les réfugiés.

Quatre pays contre, une abstention

En revanche, ils sont quatre pays à avoir voté contre le plan: la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie et La Hongrie. La Finlande s'est abstenue.

La mesure d'urgence proposée par la Commission européenne concerne 120.000 réfugiés syriens, irakiens et érythréens arrivés au plus tard il y a un mois en Grèce et en Italie, deux Etats de l'UE qui sont en première ligne face à la crise migratoire sans précédent sur le Vieux continent depuis 1945.

Une "relocalisation" en fonction du PIB 

Elle prévoit leur "relocalisation" dans les 28 pays membres de l'Union en fonction d'une clé de répartition calculée notamment en fonction du PIB, dans les deux années à venir. Faute de consensus, la mesure, qui divise profondément les Européens, a été à titre exceptionnel votée à la majorité qualifiée. Elle s'impose juridiquement à tous les Etats membres de l'UE, y compris à ceux qui ont voté contre.

En raison de l'opposition acharnée de Prague, Budapest, Bratislava, Bucarest, le débat sur sa mise en oeuvre devrait s'inviter au sommet d'urgence de chefs d'Etat ou de gouvernement européens, convoqué pour mercredi soir à Bruxelles. Les 28 Etats membres de l'Union européenne avaient déjà peiné à s'accorder sur la répartition de 40.000 réfugiés proposée par la Commission européenne en mai dernier. La mesure avait seulement été entérinée la semaine dernière après d'âpres négociations.

M.G. avec agences