BFMTV

Incendies en Sardaigne: l'Italie demande l'aide des pays voisins

Des pompiers volontaires luttent contre un incendie près de Ribordone, au nord de Turin (Italie), le 30 octobre 2017 (photo d'illustration).

Des pompiers volontaires luttent contre un incendie près de Ribordone, au nord de Turin (Italie), le 30 octobre 2017 (photo d'illustration). - Marco BERTORELLO / AFP

Quelque 20.000 hectares de végétation ont été consumés, des propriétés endommagées et des animaux tués, a indiqué le gouverneur de lîle.

L'Italie a demandé ce dimanche l'aide des pays européens voisins pour combattre les incendies qui dévastent une partie de la Sardaigne où des centaines d'habitants ont été obligés de quitter leur domicile.

"C'est une catastrophe sans précédent", a déclaré le gouverneur de l'île Christian Solinas, alors que des vents chauds compliquaient les efforts pour tenter de juguler les flammes.

Quelque 1200 personnes ont été évacuées de leur domicile, dont les résidents d'une institution médicalisée, selon Rai News. Des touristes effrayés figuraient parmi les personnes fuyant le petit village côtier de Porto Alabe, selon la même source.

Des avions Canadair puisaient de l'eau au large de la côte de Porto Alabe, avant de survoler les propriétés situées près du rivage et d'arroser la végétation en feu juste derrière les maisons.

20.000 hectares de végétation consumés

Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio a indiqué sur Facebook que la Protection civile italienne avait demandé aux autres pays européens de lui procurer des avions pour combattre le feu. Deux sont déjà partis de France, a-t-il précisé.

Une large région dans la province d'Oristano (ouest de l'île) est "à genoux à cause de l'incendie dévastateur", a souligné le ministre. Quelque 20.000 hectares de végétation ont été consumés, des propriétés endommagées et des animaux tués, a indiqué le gouverneur. Le niveau de dangerosité du feu demeure "extrême", a souligné la Protection civile.

Quelque 7500 personnes engagées dans les opération de secours, dont des membres de la police des forêts et de la Croix-Rouge, aidaient les personnes évacuées et celles qui sont en danger, ont indiqué les pompiers.

Il est trop tôt pour évaluer l'importance des destructions causées par le sinistre, a indiqué Christian Salinas qui compte demander l'aide du gouvernement pour procéder à la reforestation.

S.B.M. avec AFP