BFMTV

C’est "Dieu" qui a inspiré la démission de Benoît XVI

Benoît XVI au balcon de la résidence d'été des papes à Castel Gandolfo pour son dernier salut.

Benoît XVI au balcon de la résidence d'été des papes à Castel Gandolfo pour son dernier salut. - -

L'ancien souverain pontife est revenu sur les circonstances de sa démission, survenue en février 2013. Benoît XVI a affirmé que Dieu lui avait inspiré cette décision.

"C’est Dieu qui me l’a dit". L’ancien pape Benoît XVI a expliqué la raison de sa démission surprise annoncée le 11 février dernier et concrétisée dix-sept jours plus tard. L’ancien souverain pontife, qui a été remplacé par le pape Francois, s’est confié à un hôte anonyme dans un témoignage repris par le site catholique Zenit.

Le pape émérite a expliqué que c'était Dieu qui a fait naître en lui le "désir absolu" de rester seul à seul avec lui, recueilli dans la prière. Benoît XVI a affirmé que le "charisme" de François le confortait chaque jour davantage dans cette conviction.

Il ne s'est pas agi d'une apparition ou d'un phénomène analogue, mais bien d'une "expérience mystique", a précisé le pape allemand, grand adepte de la raison, sans doute pour couper court à toute spéculation qui pourrait naître sur un phénomène miraculeux.

Servi par quatre laïques italiennes

Le pape émérite de 86 ans, qui s'est rendu dimanche dans la résidence d'été de Castel Gandolfo au sud-est de Rome pour une courte promenade, est assez en forme et profondément heureux de sa retraite spirituelle, selon des sources vaticanes.

S'il reçoit quelques rares amis et proches, Joseph Ratzinger vit retiré du monde, conformément à son voeu, servi par quatre laïques consacrées italiennes. Il reste fidèle à sa promesse d'obéir inconditionnellement au nouveau pape et de ne pas s'immiscer dans le gouvernement de l'Église. La résidence Sainte-Marthe, où vit François, n'est pourtant qu'à quelques centaines de mètres.

Selon des sources informées, le nouveau pape le consulte assez régulièrement. François a récemment affirmé que Benoît XVI était comme un "grand-père à la maison". "Si j'avais une difficulté ou une chose que je n'aurais pas comprise, je lui téléphonerais: dites-moi, je peux le faire ?", a-t-il confié aux journalistes dans l'avion le ramenant à Rome, après les Journées mondiales de la Jeunesse au Brésil.

M.K. avec AFP