BFMTV

Grèce: démission de deux généraux de la police après un crime néo-nazi

Manifestation contre les néo-nazis à Athènes, le 19 septembre 2013.

Manifestation contre les néo-nazis à Athènes, le 19 septembre 2013. - -

Deux généraux de la police ont démissionné après le meurtre d'un musicien anti-fasciste par un membre présumé du parti néo-nazi Aube dorée.

Deux généraux de la police grecque ont démissionné lundi, a annoncé la direction de la police. Ce départ fait suite au meurtre d'un musicien anti-fasciste par un membre présumé du parti néo-nazi Aube dorée. Cet événement avait entraîné d'importants affrontements entre la police et des manifestants.

La direction de la police a annoncé la démission des deux directeurs régionaux pour le sud et le centre du pays, tandis qu'une enquête a été ouverte sur des liens éventuels entre des policiers et Aube dorée.

Aube dorée profite de la crise

Dans le même communiqué, la direction de la police a annoncé que plusieurs cadres basés sur l'île d'Evia, au nord d'Athènes, ont été suspendus pour ne pas avoir effectué une enquête sur des militants locaux d'Aube dorée situés près d'un commissariat de police, et où des armes auraient été entreposées.

L'assassinat le 18 septembre d'un rappeur d'extrême gauche, Pavlos Fyssas, 34 ans, par un néonazi et membre présumé d'Aube dorée, a consterné la Grèce, et a poussé les autorités à agir contre ce parti. Aube dorée dispose de 18 députés sur 300 au Parlement. Ce parti profite de la grave crise économique qui frappe la Grèce et de la colère d'une population affectée par les baisses de salaires.

V.D. et M.K. avec AFP