BFMTV

Le gouvernement espagnol souhaite des élections en Catalogne pour mettre fin à la crise

-

- - JOSE JORDAN / AFP

De timides gestes d'apaisement sont apparus ce vendredi entre Barcelone et Madrid. Le gouvernement espagnol a appelé les catalans à convoquer des élections dans leur région pour surmonter la crise actuelle.

Le gouvernement espagnol a appelé ce vendredi les séparatistes catalans à dissoudre leur parlement et à convoquer des élections dans la région pour surmonter la crise entre Madrid et Barcelone, qui menace de déclarer l'indépendance unilatéralement.

"Il serait bon de commencer à refermer la plaie en passant par le Parlement de Catalogne (...) par le biais d'élections régionales", a déclaré Inigo Mendez de Vigo, porte-parole du gouvernement, lors d'une conférence de presse organisée à l'issue du conseil des ministres.

Gestes d'apaisement timides

Des premiers gestes d’apaisement sont apparus ce vendredi en Espagne entre le gouvernement espagnol et les séparatistes catalans.

À la mi-journée, alors que le chef du gouvernement Mariano Rajoy était réuni avec son conseil des ministres, le président catalan Carles Puigdemont a annoncé qu’il repoussait son intervention devant le Parlement catalan, initialement prévue lundi.

Les séparatistes envisageaient une déclaration d’indépendance unilatérale au cours de cette séance.

L’annonce de Carles Puigdemont pourrait être interprétée comme un geste puisqu’il ne cherche pas à tout prix à maintenir la séance de lundi en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle. Elle pourrait aussi viser à gagner du temps, en raison de divisions dans son camp.

Des excuses auprès des blessés

En début d’après-midi, le principal représentant de l’État en Catalogne et préfet Enric Millo s’est excusé au nom des policiers auprès des personnes blessées lors du référendum interdit en Catalogne, le 1er octobre, où des centaines de personnes ont été blessées lors de l’intervention policière.

Tandis que le chef de la police catalane, accusé de sédition et entendu par la justice, a été laissé en liberté.

S.Z avec AFP