BFMTV

Danemark: un journal confie sa rédaction à des réfugiés syriens et irakiens le temps d'un numéro

L'objectif de cette initiative était de donner une nouvelle image des réfugiés aux Danois.

L'objectif de cette initiative était de donner une nouvelle image des réfugiés aux Danois. - Claus Fisker - scanpix denmark - AFP

Des réfugiés syriens et irakiens, journalistes de profession, se sont vu confier la direction d'un quotidien libéral indépendant pendant une journée. La plupart d'entre eux viennent d'arriver au Danemark.

Des médecins, des chefs d'entreprise et même des journalistes. Selon l'Office fédéral danois de l'immigration et des réfugiés, 78% des Syriens arrivés entre 2013 et 2014 étaient issus "des classes moyennes voire supérieures", bref des gens diplômés. Afin de laisser quelques migrants exercer leur métier et de leur donner la parole, le journal danois Dagbladet Information a décidé de confier la réalisation d'un numéro à douze d'entre eux. 

Pour la plupart, ils viennent d'arriver au Danemark, un pays qui s'est ouvertement prononcé contre l'accueil de réfugiés notamment en achetant des espaces publicitaires dans des journaux libanais pour décourager les candidats à l'exil. "Pour les politiciens, les réfugiés sont juste un problème qui doit être résolu le plus rapidement possible et le régler sans regarder les choses en face", critique l'éditorial de ce numéro, cité dans The Guardian

"Aujourd'hui ce sont les réfugiés qui nous parlent", poursuit-il. 

Torture et prison

Le premier article de ce numéro spécial de 48 pages est écrit par un journaliste du Kurdistan irakien. Il porte sur les conséquences pour les femmes qui restent dans les pays en guerre après le départ des migrants, dont deux tiers sont des hommes. Un autre s'attaque à la "loterie" pour les réfugiés arrivés nouvellement dans les camps danois. 

D'autres articles écrits par ces réfugiés racontent le prix que certains journalistes migrants ont dû payer pour pouvoir exercer leur métier dans leur pays, comme la torture ou la prison. C'est le cas d'un des fils de Zeinab Uzbak, un reporter afghan, tué à cause de l'un de ses articles. 

Nouvelle image des réfugiés

"Les réfugiés sont quasiment l'unique sujet dont nous parlons aujourd'hui au Danemark", commente Lotte Folke Kaarsholm, un journaliste du Dagbladet Information. "Nous avons pensé que nous devions ne pas intervenir (dans la réalisation de ce numéro spécial) et les laisser fixer l'ordre du jour". Seul le matériel et de l'aide pour la traduction ont été mis à la disposition des douze migrants.

Pour la rédaction de cette petite publication diffusée à 20.000 exemplaires, l'enjeu était réellement de donner une nouvelle image des réfugiés au peuple danois. "Notre message principal est de dire à nos lecteurs de ne pas avoir peur des réfugiés, qu'ils sont une bonne chose pour la société danoise", a confié Dalam Alasaad, un journaliste syrien de Palmyre arrivé l'an dernier au Danemark. 

J.C.