BFMTV

Des étudiantes de médecine invitées à avoir "un joli décolleté" pour leur remise de diplôme

Une cérémonie de remise de diplômes à New York le 3 juin 2016 au City College (photo d'illustration)

Une cérémonie de remise de diplômes à New York le 3 juin 2016 au City College (photo d'illustration) - Spencer Platt-AFP

Les étudiantes de la faculté de médecine de l'Université libre de Belgique ont été invitées à porter lors de leur remise de diplôme "une robe ou une jupe ainsi qu'un joli décolleté", évoquant un "point de vue esthétique". La polémique a été immédiate.

Jupe, robe et "joli décolleté" pour les filles. Les consignes vestimentaires adressées aux étudiants et étudiantes de médecine de l'Université libre de Belgique, à Bruxelles, passent mal.

"D'un point de vue esthétique"

La semaine dernière, un mail émanant du secrétariat de la faculté de médecine leur a été envoyé, leur recommandant une tenue spécifique à l'occasion de la remise de diplôme qui se tiendra à la fin du mois de juin. Le message a été publié sur la page Facebook des étudiants de l'université.

"D'un point de vue esthétique, il est préférable que les jeunes femmes revêtent une robe ou une jupe ainsi qu'un joli décolleté et les hommes, un costume. Bien entendu, Mesdames, cette consigne n'est pas obligatoire", tient a préciser la communication.

L'affaire a enflammé les réseaux sociaux, de nombreux internautes dénonçant le "sexisme" de cette consigne vestimentaire. D'autres se sont indignés au point de déclarer "perdre la foi en l'humanité". Des utilisateurs de Twitter ont par ailleurs regretté que de futures doctoresses soit reléguées à leurs corps.

Dans une communication postée sur les réseaux sociaux, l'Université libre de Belgique a indiqué que le "contenu déplacé" du mail entrait "en contradiction avec les valeurs et habitudes de l'université" et annonçait que des excuses seraient présentées.

Face à la polémique, le doyen de la faculté de médecine s'est donc excusé "auprès de toutes les étudiantes pour ce mail déplacé et contraire à nos valeurs", a précisé l'université sur Twitter, ajoutant que le courrier incriminé était "parti des organisateurs de la proclamation".

"Vous pouvez bien entendu porter la tenue de votre choix, pour autant qu'elle soit correcte et conforme à l'aspect solennel de cet événement unique dans votre vie. Que vous soyez garçon ou fille, nous souhaitons simplement qu'il y ait une certaine harmonie entre la toge portée à cette occasion et votre tenue", assurait le mail d'excuses. 

Pour certains, le message d'excuses n'a pas convaincu, regrettant que l'aspect sexiste ne soit pas évoqué et que l'affaire soit cantonnée à une question de choix vestimentaires. 
-
- © Facebook

"On attend une prise de conscience plus large"

Dans le même temps, l'université a minimisé l'incident, assurant que le mail était parti du secrétariat et que "la personne qui l'a écrit" était "probablement une femme (...) puisque le secrétariat n'est composé que de femmes. C'est étonnant", a indiqué le doyen à RTL. Malgré les excuses répétées de l'université, la polémique ne s'est pas éteinte. Une réunion devait se tenir ce lundi à la faculté de médecine à ce sujet. L'auteure du mail risque un rappel à l'ordre.

Mais pour Maxime Mori, président de la Fédération des étudiants francophones, cette "petite polémique" n'est que le reflet des "questions de sexisme et d'inégalités de genre dans l'enseignement supérieur qui ressortent", rapporte le quotidien belge Le Soir.

"Il ne faut pas perdre de vue que c'est une réalité pour les étudiants en stage ou en cours qui est, aujourd'hui, occultée dans le débat. On n'en fait pas un débat personnel. Mais on attend qu'il y ait une prise de conscience plus large."

Céline Hussonnois-Alaya