BFMTV

Belgique: Daesh revendique l'attaque à la machette de Charleroi

Après l'attaque de deux policières à la machette par un individu à Charleroi, les autorités s'orientaient vers la piste terroriste. Alors que l'agresseur a été identifié, l'Etat islamique a revendiqué l'attaque par le biais de son agence Amaq.

Le caractère terroriste avait été directement évoqué. L'attaque à la machette qui a touché deux policières à Charleroi ce samedi a été revendiquée par Daesh ce dimanche, par le biais de son agence Amaq. Pour rappel, les deux membres des forces de l'ordre ont été blessées dans le centre de Charleroi, par un individu criant "Allahou akbar" ("Dieu est grand" en arabe).

L'agresseur, fortement blessé par les forces de l'ordre, est mort des suites de ses blessures à l'hôpital.

Il a été identifié comme un Algérien de 33 ans, vivant en Belgique depuis 2012, et connu des forces de l'ordre pour des infractions de droit commun, mais pas pour des faits de terrorisme.

Une enquête pour "tentative d'assassinat terroriste" avait été ouverte peu avant la revendication.

Les deux policières "hors de danger"

Une des policières, souffrant de plaies profondes à hauteur du visage, a été transportée à l’hôpital de Charleroi, situé à une soixantaine de kilomètres au sud de Bruxelles tandis que sa collègue ne serait que légèrement touchée. Toutes deux sont néanmoins "hors de danger" a indiqué la police de Charleroi sur son compte Twitter.

Cette agression survient alors que le niveau d'alerte terroriste en Belgique, touchée le 22 mars par des attentats dans sa capitale, Bruxelles, était au niveau 3 (correspondant à une menace possible mais non imminente) sur une échelle en comprenant quatre.

P. P. avec AFP