BFMTV

Le gorille du zoo de Londres s'offre 1h15 de liberté

Le gorille, ici un dos argenté comme Kumbuka, est une espèce en voie de disparition.

Le gorille, ici un dos argenté comme Kumbuka, est une espèce en voie de disparition. - BFMTV

L'animal a brisé l'enclos qui le tenait confiné hors de portée du public. Après une escapade d'un peu plus d'une heure, ses gardiens l'ont endormi et ramené au bercail, sain et sauf.

Le zoo de Londres a rejoué "gare au gorille" jeudi, après qu'un dos argenté répondant au nom de Kumbuka s'était échappé de son enclos. L'escapade a duré un peu plus d'une heure. La police a indiqué que la traque engagée pour remettre la main sur l'animal avait duré de 5h17 à 6h30 de l'après-midi. La police a alors déclaré au journal The Independent que: "L'incident est clos".

L'un des personnels du zoo a raconté à BuzzFeed News que ce n'était pas la première fois que le gorille tentait de quitter sa captivité. "Il a heurté la vitre de confinement plusieurs fois"; a-t-il confié.

Un visiteur a pris puis twitté une photo quelques secondes avant que le gorille ne se jette à nouveau contre la vitre de protection.

Policiers et gardiens aux trousses de Kumbuka

Aussitôt la nouvelle de l'escapade simiesque connue, l'enceinte du zoo a été bouclée. Des policiers lourdement armés, aidés de gardiens équipés d'armes avec cartouches tranquillisantes, se sont lancés dans une chasse pour retrouver le fugitif. Si des visiteurs ont été quelque peu choqués et apeurés de savoir l'animal en liberté, aucune personne n'a été blessée. Il a juste été ordonné à tous de se réfugier rapidement dans un bâtiment, par mesure de protection. Certains visiteurs se sont vu offrir du thé et du café au restaurant du zoo en échange de leur patience.

Finalement, Malcolm Fitzpatrick, conservateur des mammifères, a annoncé la bonne nouvelle sur la radio BBC.

"Nous sommes heureux d'annoncer qu'il (le gorille) est debout en train de grogner et d'interagir avec le reste de sa famille dans son royaume de gorilles."

Le conservateur a précisé "qu'à aucun moment, nul visiteur n'a été mis en danger". Une enquête va toutefois être menée pour déterminer les causes de l'incident. Cette fois, l'histoire s'est bien terminée.

Les choses avaient pris un tour bien plus dramatique au zoo de Cincinnati aux Etats-Unis, à la fin mai. Un gorille avait été abattu après qu'un garçon de quatre ans était tombé dans son enclos. Le primate de 17 ans et 180 kg avait attrapé l'enfant et l’avait traîné pendant de longues minutes. Pour sauver sa vie, l'équipe du parc s'était résolue à abattre l'animal. Une espèce qui, rappelons-le, est en voie de disparition.

D. N.