BFMTV

La première victime identifiée de l'incendie de Londres est un réfugié syrien de 23 ans

Alors que les secours craignent un très lourd bilan après le gigantesque incendie qui a détruit une tour de logements sociaux du centre de Londres, mercredi, le nom et le visage d'une première victime sont désormais connus.

Un visage, et un nom. Plus de 24 heures après le début de l'incendie qui a dévasté la Grenfell Tower, une tour de logements sociaux située dans le coeur de Londres, et qui a fait 17 morts selon un dernier bilan encore provisoire, un première victime est désormais identifiée. 

"Le feu est là maintenant, adieu"

Mohammad al-Haj Ali, un réfugié syrien de 23 ans, étudiant en ingénierie civile à la West London University, a trouvé la mort dans l'incendie de la tour. Son frère Omar, âgé de 25 ans, a réussi à s'en sortir, rapporte le Telegraph. Les deux frères se sont séparés alors qu'ils descendaient ensemble les escaliers de la tour pour s'en échapper. Pris à la gorge par la fumée, Mohammad a lâché la main de son grand frère, et n'est jamais parvenu à sortir de l'immeuble en flammes.

Il a regagné leur appartement, situé au 14e étage, où il est resté calfeutré pendant deux heures, alors que les pompiers ne parvenaient pas à aller plus haut que le 13e étage. Mohammad a alors téléphoné à ses amis et sa famille en Syrie, avant d'envoyer un ultime message disant: "Le feu est là maintenant, adieu". 

"Il a survécu à la guerre en Syrie pour finir par mourir dans une tour à Londres"

La famille et les proches des deux frères ont confirmé qu'Omar, étudiant en commerce, a réussi à s'en sortir et est hospitalisé à l'hôpital Kings Cross, pour se remettre des inhalations de fumée.

Selon, Abdulaziz Almashi, le fondateur de l'ONG britannique Syria Solidarity Campaign, qui défend les droits des réfugiés, les deux frères se préparaient à fêter la fin du ramadan, la semaine prochaine. "Il a survécu à Assad, à la guerre en Syrie, pour finir par mourir dans une tour à Londres. Je n'ai pas de mots", a-t-il ajouté.

Mohammad et Omar al-Haj Ali avaient fuit la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, il y a trois ans. Ils avaient obtenu l'asile au Royaume-Uni.

Adrienne Sigel