BFMTV

De vastes réseaux pédophiles démantelés en Grande-Bretagne

Parmi les 1.433 suspects figurent pas moins de 261 personnalités politiques, artistiques ou médiatiques. Selon les enquêteurs, le nombre de victimes pourrait atteindre des centaines de milliers.

L'opération "Hydrant" a permis aux enquêteurs d'identifier 1.433 suspects de pédophilie Outre-Manche, ont révélé les responsables de la police ce mercredi. Une longue listes qui inclut 76 responsables politiques, 43 personnes de l'industrie musicale, 135 du milieu audiovisuel et 7 du sport, liste Le Figaro, qui précise que 216 personnes identifiées sont mortes depuis les faits.

Les enquêteurs coordonnent de nombreuses enquêtes portant sur des abus-sexuels qui n'ont pas eu lieu récemment.

76 are politicians both local and national 43 from music industry 7 from sport 135 from tv film or radio #abuse
— Sandra Laville (@sandralaville) 20 Mai 2015

Ces chiffres vertigineux sont tirés de plusieurs enquêtes menées simultanément en Angleterre, au pays de Galle, en Irlande du Nord, et en Ecosse. Les faits supposés ont notamment eu lieu dans des écoles, des foyers pour enfants, des prisons ou établissements pour jeunes délinquants, des établissements médicaux, des centres sportifs ou encore au sein du milieu politique.

Parmi ces cas, on trouve des condamnations récentes qui ont fait beaucoup de bruit en Grande-Bretagne, comme celle du comique Rolf Harris, celle de l'ex-pop star Gary Glitter ou encore cette du publicitaire Max Clifford, liste le Guardian qui publie les photos de quelques-unes de ces personnalités.

Des "centaines de milliers" de victimes?

Et il ne s'agirait que de la partie émergée de l'iceberg. Selon Simon Bayley, qui dirige l'opération "Hydrant", cité par le quotidien britannique, le nombre de victimes pourrait atteindre des "centaines de milliers". Les dénonciations d'abus sexuels ont augmenté de 71% depuis 2012 en Grande-Bretagne. 116.000 devraient être recensés cette année, dont certaines pour des faits remontant à plusieurs décennies.

Soulignant les dangers liés à Internet, et aux téléphones portables, il a expliqué que ces chiffres faramineux n'étaient qu'un aperçu du défi que doivent encore relever les forces de l'ordre et la société. "Le gouvernement a alloué des millions de livres pour fournir un soutien supplémentaire, mais je ne suis pas sûr que cela va suffire", a-t-il expliqué. "Nous assistons à une augmentation sans précédent du nombre de rapports. Cela a entraîné un changement dans la façon dont la police doit gérer cette affaire", a-t-il expliqué.

L'affaire éclabousse tellement de personnalités que Scotland Yard est aujourd'hui soupçonné d'avoir détruit des preuves pour couvrir certains membres du parlements ou des officiers de police. 

A. D.