BFMTV

Attentat à Berlin: quelles seront les conséquences politiques pour l'Allemagne?

Le camion que le terroriste a utilisé lundi soir lors de l'attentat sur un marché de Berlin

Le camion que le terroriste a utilisé lundi soir lors de l'attentat sur un marché de Berlin - Tobias Schwarz-AFP

L'attentat au camion sur un marché de Noël lundi soir à Berlin pourrait avoir des répercussions sur la vie politique allemande, alors que des élections approchent et que le parti d'extrême droite allemand gagne en popularité outre-Rhin.

Un camion a foncé lundi soir sur la foule d'un marché de Noël à Berlin, faisant au moins 12 morts et 48 blessés. Un suspect de cet attentat, qui a été interpellé mais nie toute responsabilité, serait un demandeur d'asile pakistanais âgé de 23 ans. Alors que la politique d'immigration d'Angela Merkel est critiquée, que le parti d'extrême droite connaît un regain de popularité et que des élections auront lieu prochainement en Allemagne, quelles pourraient être les conséquences politiques de cet attentat?

Angela Merkel sous pression

L'attaque du marché de Noël de Berlin a été commise à un moment où la chancelière avait commencé à regagner une partie du terrain perdu depuis un an et demi auprès d'une opinion inquiète de l'afflux de réfugiés. Le pays a accueilli en 2015 plus d'un million de réfugiés. Cette attaque meurtrière pourrait ainsi constituer un nouveau coup dur pour Angela Merkel. "Ce sont les morts de Merkel", a déjà dénoncé un responsable du mouvement d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), Marcus Pretzell, sur son compte Twitter.

Les critiques ne se limitent pas à la droite populiste. Le carnage de Berlin a réveillé celles de la CSU, la branche bavaroise de la CDU - le parti conservateur d'Angela Merkel - qui depuis plus d'un an dénonce l'arrivée des réfugiés et réclame, sans résultat jusqu'ici, qu'un plafond annuel soit fixé sur le nombre de demandeurs d'asile autorisés à entrer en Allemagne. "Nous devons à présent nous interroger sur les risques que l'arrivée d'un grand nombre de réfugiés dans le pays suscite pour nous", a averti le ministre de l'Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann. 

Pour Patrick Moreau, chercheur au CNRS et spécialiste de la vie politique en Allemagne, la bataille entre les deux partis-frères est relancée. "L'opposition CDU-CSU va se renforcer", prédit-il à BFMTV.com. "Même au sein de la CDU, il y a une forte résistance à Angela Merkel. Et avec la montée en puissance de l'AfD, il sera impossible d'obtenir une majorité, ce qui va contraindre à la poursuite de la grande coalition qui ne fonctionne plus."

Quelles perspectives pour les prochaines élections?

Après avoir vu sa popularité chuter en début d'année et son parti, la CDU, être sanctionné dans les urnes par la montée de l'AfD, Angela Merkel bénéficiait d'une embellie dans les sondages. Son parti était crédité dans les dernières enquêtes jusqu'à 37% des intentions de vote pour les prochaines élections de 2017, après être descendu à un peu plus de 30%. La chancelière a profité fin novembre de ce rebond pour annoncer qu'elle briguerait un quatrième mandat de chancelière lors des législatives, qui se dérouleront probablement en septembre prochain.

Mais selon Patrick Moreau, l'attentat de Berlin change la donne et pourrait bouleverser le paysage politique. "L'AfD va progresser de plusieurs points et pourrait obtenir entre 10% et 15% des voix. Ce parti d'extrême droite sera un élément de blocage du système politique. Il est également à craindre une renaissance du mouvement Pegida, qui pourrait redescendre dans la rue avec des manifestations anti-immigration et anti-islam."

  • Mais rien n'est encore joué, selon Hélène Miard-Delacroix, enseignante à l'université Paris-Sorbonne, spécialiste de l'Allemagne. "Un peu comme en France, on est dans cette période d'entre deux où l'on observe comment va s'exprimer politiquement une forme d'inquiétude", remarque-t-elle sur RMC. "En Allemagne, la récupération politique d'une peur par des mouvements populistes d'extrême droite est un phénomène assez nouveau."

C'est également le point de vue de Patrick Moreau. Sans compter que, selon lui, l'AfD - en proie à des luttes intestines - est instable. "C'est un parti composite animé par de fortes tensions, avec des personnalités et des stratégies différentes qui se combattent." Encore trop tôt, estime-t-il, pour prévoir l'impact de ce drame sur les prochaines élections.

Céline Hussonnois-Alaya avec AFP