BFMTV

Angela Merkel refuse de servir d'"alibi" au manque de femmes en politique

Angela Merkel le 12 novembre 2018.

Angela Merkel le 12 novembre 2018. - John MACDOUGALL / AFP

Ce lundi, la chancelière allemande a fustigé le manque de femmes politiques en Allemagne. Au Bundestag, elles ne représentent que 30.9% et à peine 20% au sein de son parti conservateur, la CDU.

Angela Merkel a affirmé ce lundi, à l'occasion du centième anniversaire de l'obtention du droit de vote des femmes en Allemagne, refuser de servir d'"alibi" à la faible proportion d'élues en politique. 

"Une hirondelle ne fait pas le printemps", a jugé la dirigeante conservatrice, au pouvoir depuis 13 ans. "Le fait que je sois (chancelière) ne doit pas servir d'alibi", a-t-elle ajouté à l'occasion d'une cérémonie au Musée historique allemand de Berlin.

30.9% de femmes au Bundestag

Angela Merkel, première femme à diriger le gouvernement allemand, a notamment fustigé la sous-représentation des femmes à la chambre des députés (Bundestag) où depuis les dernières législatives de 2017, elles ne sont plus que 30,9% à siéger, contre 36,5% durant la législature précédente.

"C'est exactement la proportion de femmes qu'a le parlement au Soudan", a ironisé celle qui fut aussi la première femme à prendre la tête de son parti, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) il y a 18 ans, un poste qu'elle va abandonner le mois prochain, prélude à sa retraite politique annoncée pour 2021.
"Je crois que la proportion de femmes dans nos parlements touche à une question élémentaire de notre démocratie", a-t-elle ajouté.

Difficile de concilier carrière et vie personnelle

Le parlement soudanais compte 30,5% de femmes, selon les données de la Banque mondiale. Son parti conservateur ne compte pourtant qu'à peine 20% de députées (49 femmes sur 246). Les Verts et le parti de gauche radicale Die Linke comptent en revanche plus de députées que de députés.

Angela Merkel a également déploré la sous-représentation des femmes dans le monde de l'entreprise en Allemagne, louant à l'inverse les Etats-Unis et la France.

Selon elle, 90% des plus grosses entreprises américaines cotées en Bourse comptent deux femmes au sein de leur direction, en Grande-Bretagne et en France, c'est même dans la moitié des entreprises. Mais en Allemagne c'est un "maigre" 17%, a-t-elle regretté.

Dans un pays où les structures d'accueil pour les jeunes enfants sont encore peu nombreuses, il reste difficile pour une femme de concilier carrière professionnelle et maternelle. Le poids des mentalités qui tend à stigmatiser celles qui travaillent tout en élevant de jeunes enfants joue également un rôle important. 

J.B avec AFP