BFMTV

Euro : l'appel à l'aide de l'Espagne

-

- - -

L'Espagne a appelé mardi les pays de la zone euro à lui venir en aide. Le royaume n'arrive plus à recapitaliser ses banques, qui sont dans une situation préoccupante, et ne peut plus emprunter sur les marchés à cause de taux d'emprunts trop élevés. Une nouvelle épine dans le pied de l'Europe.

Ce n’est rien de moins que la quatrième puissance de la zone euro qui vacille. L’Espagne a appelé les autres pays européens à lui venir en aide mardi, pour refinancer ses banques. Durement touchées par la crise, celles-ci doivent trouver entre 60 et 200 milliards d’euros pour se recapitaliser. L’Espagne ne peut plus faire face seule à ce problème. « L’Europe doit soutenir les pays en difficulté » a affirmé mardi le 1er ministre espagnol Mariano Rajoy. Car le royaume souffre d’un nouveau problème : il ne peut plus se financer sur les marchés, les taux d’emprunts atteignant des sommets trop hauts pour lui en raison d’une prime de risque très élevée.

L’Europe est prête à « mobiliser très rapidement ses instruments »

Madrid demande donc l’intervention de la Banque centrale européenne (BCE) pour faire baisser sa prime de risque, et souhaite que ses banques soient recapitalisées via le Fonds européen de stabilité financière (FESF). La zone euro est prête à « mobiliser très rapidement ses instruments » de secours pour venir en aide à l’Espagne, a déclaré ce mercredi le ministre des Finances Pierre Moscovici. « Si le gouvernement le souhaite à un moment ou un autre, il lui revient d'en décider souverainement, nous avons dans la zone euro des instruments de solidarité que nous pouvons mobiliser très rapidement », a-t-il dit, en référence aux fonds de secours financiers déjà mis en place.
Pierre Moscovici a également affirmé que d'autres mécanismes pouvaient « être mis en place », notamment « la recapitalisation directe des banques » par les fonds de secours de la zone euro, que la France et la Commission européenne appellent de leurs vœux, mais qui soulève les réticences de l'Allemagne.

Inquiétude des Etats-Unis

Mardi, une réunion de crise a mobilisé les ministres des finances du G7. L’occasion pour les américains de faire part de leur inquiétude devant la situation espagnole. Crainte pour leur propre économie, et crainte par conséquent pour la réélection du président des Etats-Unis Barack Obama. Les américains pressent les européens d'agir vite et bien, en s'inspirant notamment « des leçons apprises par les Etats-Unis » lors du sauvetage de leur système bancaire après le krach de Lehmann Brothers, selon les mots du porte-parole de la Maison Blanche.

La Rédaction