BFMTV

États-Unis: une vaste opération anti-clandestins de la police migratoire a suscité de vives critiques

La frontière américaine

La frontière américaine - HERIKA MARTINEZ / AFP

De son côté, l'exécutif américain a salué ce jeudi la baisse des interpellations de migrants arrivés illégalement au Mexique.

L'exécutif américain a salué jeudi la baisse des interpellations de migrants arrivant illégalement depuis le Mexique, au lendemain d'une vaste opération anti-clandestins de la police migratoire qui a séparé des familles et suscité de vives critiques.

Le nombre de personnes arrêtées aux États-Unis après avoir illégalement franchi la frontière avec le Mexique a baissé de 21% en juillet par rapport à juin, après avoir déjà reculé de 28% le mois précédent, a annoncé le ministère américain de la Sécurité intérieure.

Une crise humanitaire et sécuritaire

Un recul que le ministère attribue "en grande partie" à l'accord signé en juin entre les Etats-Unis et le Mexique pour lutter contre l'immigration illégale, ainsi qu'à "la collaboration internationale" avec le Guatemala, le Salvador et le Honduras, d'où viennent la plupart des migrants, "pour démanteler et entraver les organisations étrangères de passeurs".

Dénonçant régulièrement une "invasion", le président Donald Trump s'est récemment engagé à accélérer le processus d'expulsion de "millions" de migrants arrivés aux Etats-Unis illégalement.

"Nous avons été en mesure de mettre fin aux longues attentes aux postes-frontière et de réduire le nombre d'enfants détenus à la frontière", note le ministère dans un communiqué, affirmant néanmoins devoir toujours faire face à "une crise humanitaire et sécuritaire". 

680 personnes arrêtées dans le Mississippi en un jour

Mais au même moment, la police américaine traquant les sans-papiers subissait des critiques pour une vaste opération anti-clandestins lors de laquelle quelque 680 employés du secteur agroalimentaire dans l'Etat du Mississippi ont été arrêtés. Parmi eux figurent 122 Mexicains, dont 34 ont été libérés peu de temps plus tard et convoqués à une audience ultérieure, selon les autorités mexicaines.

La rafle visant notamment des usines du secteur avicole a été présentée par les autorités comme la plus importante ciblant en un jour un Etat depuis au moins une décennie. 

L'absence d'explications sur les raisons ayant conduit à investir ces sites industriels précisément mercredi -- date choisie par Donald Trump pour rendre hommage aux victimes de deux récentes fusillades ayant endeuillé la population hispanique-- a soulevé des interrogations.

"Le jour même où le président est censé réconforter une population dans la peine et rendre hommage à la diversité américaine à El Paso, son administration alimente au contraire la crainte par des rafles migratoires massives dans le Mississippi", a dénoncé le démocrate Joe Biden, en tête de la course pour devenir le rival de Donald Trump à la présidentielle 2020. 

"Scandaleux" pour Nancy Pelosi

"Que les choses soient claires, ce qui se passe à la frontière est scandaleux", a affirmé la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Les migrants sont traités "d'une façon inhumaine" qui va "à l'encontre" des valeurs américaines, a ajouté l'élue démocrate.

D'autres voix se sont inquiétées des conséquences de ces interpellations ayant séparé des familles. Selon les médias locaux, des enfants n'ont appris l'arrestation de leurs parents qu'à leur retour de l'école. En larmes, ils ont imploré les autorités de les relâcher: "J'ai besoin de mon père et de ma mère, mon père n'a rien fait, ce n'est pas un criminel", a déclaré Magdalena Gomez Gregorio, 11 ans, à la chaîne WJTV.

"Ma principale préoccupation est: qu'advient-il des enfants?", s'est interrogé sur CNN William Truly, le maire de Canton, une des villes théâtre de cette opération.

Les autorités avaient assuré avoir pris en compte les situations familiales particulières afin qu'aucun enfant ne se retrouve abandonné. Des amis et des voisins ont pris en charge les enfants et les ont emmenés dans un gymnase, où ils ont passé la nuit. 

Au final certains adultes, menottés lors de leur interpellation, ont été placés en détention en vue de leur expulsion, d'autres ont été relâchés, d'autres convoqués à une audience judiciaire ultérieure et placés sous contrôle électronique. Cette répartition n'a pas été rendue publique. Selon WJTV, tous les enfants étaient rentrés chez eux ou avaient pu être confiés à des membres de leur famille jeudi.

Alexandra Jaegy avec AFP