BFMTV

Etats-Unis: Ron Johnson, le policier noir qui a ramené le calme à Ferguson

Le capitaine Ron Johnson, qui a réussi jeudi soir à ramener le calme à Ferguson, dans le Missouri.

Le capitaine Ron Johnson, qui a réussi jeudi soir à ramener le calme à Ferguson, dans le Missouri. - Scott Olson - Getty Images North America - AFP

En rejoignant symboliquement une manifestation, Ron Johnson, un officier de police noir, a réussi à apaiser les tensions entre la communauté noire et la police de Ferguson. Cette ville du Missouri est en proie à des émeutes depuis la mort d'un jeune Noir, tué par un policier samedi soir.

Il a suffi qu'il serre la main des manifestants. Vendredi, un policier noir est devenu le nouveau héros de l'Amérique en ramenant par ce geste le calme à Ferguson. Depuis samedi soir et la mort d'un jeune homme noir, tué par un policier en pleine rue, cette petite ville du Missouri était en proie à des violences.

Chauve, moustachu, son arme de service en bandoulière sur sa chemise bleue, le capitaine Ron Johnson a symboliquement rejoint les premiers rangs d'une manifestation pacifique jeudi soir. Et d'un coup, l'atmosphère de tensions est retombé.

Des selfies avec les policiers

"Nous sommes tous là, ensemble. Nous ne sommes pas là pour avoir peur, pour intimider", a déclaré ce responsable de la police de la route en multipliant les accolades. Lui-même est habitant de Ferguson, ville majoritairement noire à police majoritairement blanche.

Ses propos ont notamment été relayés par Wesley Lowery, un journaliste du Washington Post qui avait été arrêté sans ménagement mercredi soir par la police du comté. "Lundi soir, les habitants avaient vraiment peur pour leurs vies. Ce soir, ils prennent des selfies avec les policiers", note-t-il sur Twitter.

"Quand je vois une jeune femme pleurer parce qu'elle a peur d'un uniforme, c'est qu'il y a un problème. Nous devons le résoudre", a plaidé le capitaine Johnson, qui s'est mêlé au défilé avec plusieurs de ses collègues.

Ferguson, "zone de guerre"

Alors que la veille encore, le face-à-face entre des forces de l'ordre lourdement armés et les manifestants était particulièrement tendu, Ron Johnson a promis "une approche différente". Il a notamment promis que les policiers ne porteraient plus de masques à gaz et ne bloqueraient pas les rues d'une ville que certains, notamment le gouverneur du Missouri Jay Nixon, avaient comparé à une "zone de guerre".

Manifestations et émeutes ont éclaté après la mort, samedi soir, de Michael Brown, un jeune Noir de Ferguson. Le garçon, qui allait entrer à l'université, a été abattu par un policier alors qu'il marchait dans la rue. Les circonstances controversées de sa mort ont ravivé le spectre du racisme en Amérique.

M. T. avec AFP