BFMTV

États-Unis: les Noirs ont 2,5 fois plus de risques d'être tués par la police que les Blancs, selon une étude

Des manifestants du mouvement Black Lives Matter à Sacramento aux États-Unis, le 4 mars 2019.

Des manifestants du mouvement Black Lives Matter à Sacramento aux États-Unis, le 4 mars 2019. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L'étude met en évidence le fait que les violences policières figurent parmi les premières causes de mort de jeunes hommes aux États-Unis.

Aux États-Unis, les hommes noirs ont 2,5 fois plus de risques de mourir à cause de la police que les hommes blancs, selon une étude de l'Académie nationale des sciences des États-Unis publiée au début du mois d'août.

L'étude estime qu'environ un homme afro-américain sur mille peut craindre de mourir entre les mains de la police. Selon Frank Edwards, sociologue de l'université de Rutgers et l'un des auteurs de l'étude, cité par le Los Angeles Times vendredi, cela représente "plus de chances d'être tué par la police que de gagner à un jeu à gratter".

Les chercheurs mettent également en évidence que les femmes noires, les hommes d'origine hispanique et les Amérindiens sont également plus susceptibles d'être tués par la police que des personnes blanches.

Les jeunes entre 20 et 35 ans particulièrement touchés

Les personnes originaires d'Asie et du Pacifique, hommes et femmes confondus, sont en revanche deux fois moins susceptibles d'être tués par la police que les Blancs.

Tous groupes ethniques confondus, ce sont les personnes âgées entre 20 et 35 ans qui ont le plus de risques de mourir à cause de la police, relève également le Los Angeles Times.

Pour tirer ces conclusions et estimer les différences selon les groupes sociaux, les chercheurs se sont appuyés sur les données relatives à l'ethnie et au sexe des personnes dont la mort est liée à la police.

Clarisse Martin