BFMTV
International

Éruption aux îles Tonga: une Britannique retrouvée morte

Vue de l'éruption aux Tonga samedi.

Vue de l'éruption aux Tonga samedi. - AFP PHOTO / © 2022 Planet Labs PBC

La victime, une Britannique âgée de 50 ans, a été retrouvée morte après avoir essayé de sauver les chiens de son refuge.

Le corps d'une Britannique emportée par le tsunami qui a durement frappé les îles Tonga, coupées du monde depuis la puissante éruption volcanique de la semaine dernière, a été retrouvé, a affirmé lundi son frère à la BBC.

Angela Glover, 50 ans, a été retrouvée morte au Tonga après avoir essayé de sauver les chiens de son refuge, a affirmé son frère Nick Eleini, confiant à quel point toute la famille était "effondrée" par la perte de celle qui en était "le coeur émotionnel".

Premier décès répertorié

Née à Brighton, dans le sud-est de l'Angleterre, la quinquagénaire rousse vivait aux Tonga depuis son mariage avec James, qui a trouvé son corps selon Nick Eleini. Elle travaillait dans une association qui recueille des animaux errants pour leur trouver un foyer.

Sa mort est la première répertoriée aux îles Tonga, petite nation du Pacifique durement frappée par le tsunami qui a succédé à la puissante éruption de samedi, même si deux décès ont déjà été recensés au Pérou.

Comme beaucoup d'autres proches de personnes habitant sur les îles, Nick Eleini a attendu anxieusement pendant plusieurs jours avant de savoir ce qu'il était advenu de sa soeur.

L'archipel est en effet privé de connexions téléphoniques et internet, le cataclysme ayant sectionné un câble essentiel pour ses communications qui ne devrait pas être réparé avant des semaines. Et le nuage de cendres volcaniques empêche les avions d'atterrir.

Communications limitées

Les informations, depuis ce pays d'à peine 100.000 habitants, n'arrivent qu'au compte-gouttes grâce à de rares téléphones satellite, et l'étendue réelle des dégâts reste largement inconnue.

"Autant appréciés des locaux que des expatriés", "Angela et James aimaient leur vie à Tonga" et "en particulier la culture tongane ainsi que l'amour des Tongans pour la famille", a déclaré Nick Eleini.

Angela avait aussi "un amour profond pour les chiens", s'est souvenu son frère, affirmant que "plus le chien était moche, plus elle l'aimait". "Elle va me manquer et je penserai à elle tous les jours jusqu'à ma mort", a confié Nick Eleini. "Ma mère est tout simplement brisée en ce moment, elle est absolument anéantie."

H.G. avec AFP