BFMTV

Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis

Cet accord de normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël comporte également l'arrêt de l'annexion israélienne de nouveaux "territoires palestiniens".

Israël et les Emirats arabes unis ont signé sous l'égide des Etats-Unis un "accord de paix historique", a tweeté ce jeudi Donald Trump, permettant à ces deux pays de normaliser leurs relations.

Il s'agit d'une "percée spectaculaire", a commenté le président américain, qualifiant cette normalisation d'"accord de paix historique entre nos deux grands amis".

Un "jour historique"

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a également évoqué un "jour historique" et un "pas décisif vers la paix au Moyen-Orient".

"Les Etats-Unis espèrent que ce pas audacieux sera le premier d'une série d'accords clôturant 72 années d'hostilités dans la région", a poursuivi le ministre américain des Affaires étrangères.

La normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis est une "journée historique", a réagi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, également sur Twitter.

Arrêt de l'annexion israélienne de nouveaux territoires palestiniens

De son côté, le prince héritier d'Abou Dhabi a affirmé ce jeudi que l'accord de normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël comportait l'arrêt de l'annexion israélienne de nouveaux "territoires palestiniens".

"Lors d'un appel entre le président (américain Donald) Trump et le Premier ministre (israélien Benjamin) Netanyahu, un accord a été trouvé pour mettre fin à toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens", a indiqué cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane sur son compte Twitter.

Un accord rejeté par le Hamas

Le mouvement islamiste palestinien Hamas estime que la normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis "ne sert pas à la cause palestienienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation".

"Cet accord est rejeté et condamné. Il ne sert pas la cause palestinienne mais est considéré comme une continuation du déni des droits du peuple palestinien", a déclaré Hazem Qasem, le porte-parole du Hamas, qui a livré trois guerres à Israël par le passé et qui a encore échangé des tirs avec l'Etat hébreu au cours de la dernière semaine.
Fanny Rocher avec AFP