BFMTV

Cuba: de nombreux hommages durant le deuil national en mémoire de Fidel Castro

Fidel Castro, en 2010

Fidel Castro, en 2010 - ALEX CASTRO / CUBADEBATE.CU / AFP

Neuf jours de deuil national ont été décrétés à Cuba pour commémorer la disparition ce vendredi de Fidel Castro. De nombreuses célébrations, dont une procession, sont d'ores et déjà prévues pour honorer sa mémoire.

Passée la commotion de l'annonce du décès de Fidel Castro, les Cubains devaient commencer à observer ce dimanche neuf jours de deuil ponctués de plusieurs cérémonies d'hommage, dont une procession de quatre jours pour honorer le père de la Révolution cubaine.

Point culminant de ces célébrations, les funérailles du "Comandante", personnage unique qui a forgé l'identité de l'île caribéenne et l'a fait entrer dans les livres d'Histoire, se tiendront le dimanche 4 décembre à Santiago de Cuba, dans l'est, berceau de la Révolution. L'urne contenant les cendres de Fidel Castro, qui doit être incinéré, sera déposé à côté du tombeau de José Marti, héros national cubain et père spirituel de la révolution. 

Auparavant, le transfert des cendres de Fidel Castro de La Havane à Santiago, quelque 900 kilomètres, lors d'une procession de mercredi à samedi devrait constituer un autre moment fort avec la probable mobilisation de millions de Cubains. La journée de ce dimanche s'annonce, quant à elle, plutôt calme sur l'île, aucune manifestation officielle n'étant prévue. La première cérémonie de recueillement a été programmée pour lundi sur l'emblématique Place de la révolution, dont les accès sont barrés par la police depuis ce samedi.

Deuil national oblige, rassemblements et spectacles ont été annulés. Les matches de baseball ont été suspendus et la vente d'alcool interdite, alors que la plupart les restaurants ont réduit leurs heures d'ouverture. Les médias nationaux programmaient reportages, documentaires et débats à la gloire du "camarade Fidel". 

Parmi les 11,2 millions d'habitants de l'île, beaucoup ne dissimulaient pas leur peine face à la perte de ce géant du XXe siècle, qui a su tenir tête pendant près d'un demi-siècle à la superpuissance américaine. Car même s'il a maintenu une main de fer impitoyable pour faire taire toute opposition, emprisonnée ou exilée, et que la ferveur révolutionnaire a eu tendance à s'estomper, l'ex-président retiré du pouvoir depuis 10 ans demeurait très respecté et admiré sur l'île.

R.V.