BFMTV

Crash en Iran: Kiev étudie sept thèses dont celle d'un missile

Des débris du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines qui s'est écrasé le 8 janvier 2020 peu après son décollage de Téhéran (Iran).

Des débris du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines qui s'est écrasé le 8 janvier 2020 peu après son décollage de Téhéran (Iran). - ROHHOLLAH VADATI / ISNA / AFP

Les autorités ukrainiennes ont indiqué ce jeudi étudier sept thèses pouvant expliquer le crash du Boeing 737 d'Ukraine International Airlines survenu mercredi à Téhéran.

"Nous examinons minutieusement toutes les thèses, il y en a sept", a déclaré ce jeudi Serguiï Danylov, secrétaire du Conseil ukrainien de sécurité et de défense nationale, à la suite du crash d'un Boeing 737 d'Ukraine International Airlines qui a fait 176 morts. Les autorités ukrainiennes étudient notamment la piste d'un tir de missile antiaérien, de l'explosion d'une bombe placée à bord, de la collision de l'avion avec un drone ou encore d'une déflagration du moteur "pour raisons techniques", mais pour l'instant, "aucune n'est prioritaire", a précisé Serguiï Danylov.

L'avion de ligne de la compagnie privée Ukraine International Airlines a décollé mercredi matin de Téhéran en direction de Kiev avant de s'écraser deux minutes plus tard, tuant les 176 personnes à bord, principalement des Iraniens et des Canadiens. Onze Ukrainiens dont neuf membres d'équipage se trouvent également parmi les victimes.

Décrypter les boîtes noires

L'Ukraine a dépêché à Téhéran 45 de ses experts pour étudier les causes de la tragédie. Arrivée ce jeudi, la délégation espère pouvoir participer à l'enquête et notamment "au décryptage des boîtes noires" du Boeing, a indiqué le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que l'Iran a déjà indiqué qu'il refusait de les remettre aux Américains.

Selon Serguiï Danylov, certains des experts ukrainiens envoyés en Iran ont participé à l'enquête sur la destruction du vol MH17, abattu par un missile au dessus de l'est de l'Ukraine en guerre en 2014, une tragédie qui a fait 298 morts.

A.L. avec AFP