BFMTV

Crash en Colombie: 25 corps identifiés, 5 rescapés

Les joueurs de l'équipe brésilienne de football Chapecoense avant leur départ.

Les joueurs de l'équipe brésilienne de football Chapecoense avant leur départ. - Images Twitter Andres Felipe Arcos @AndresFelipe

Un avion transportant une équipe de football brésilienne s'est écrasé ce mardi, à une cinquantaine de kilomètres de Medellin, en Colombie. Le crash a fait 76 victimes.

Un avion transportant une équipe brésilienne de football s'est écrasé lundi soir en Colombie, près de Medellin, dans le nord-ouest, suite à des "pannes électriques", faisant 76 morts et cinq rescapés.

L'appareil, un British Aerospace 146 de la compagnie bolivienne Lamia qui transportait au total 81 personnes (72 passagers et neuf membres d'équipage), s'est écrasé dans une zone montagneuse du secteur du Cerro Gordo, sur la commune de La Union, à environ 50 km de Medellin, deuxième ville de Colombie.

25 corps récupérés, cinq survivants

Cinq personnes ont été secourues et 25 cadavres récupérés dans une "zone d'accès très difficile", a déclaré Elkin Osorio, maire de La Ceja, municipalité voisine du lieu de l'accident, à Blu Radio. L'avion, parti du Brésil, avait fait une escale en Bolivie avant de se diriger vers la Colombie. 

L'aéroport José Maria Cordova de Rionegro, qui dessert Medellin et où devait atterrir l'appareil, avait précédemment fait état dans un communiqué de "six survivants". Mais l'un d'eux est décédé durant son transfert vers un hôpital.

Recherches suspendues en raison des mauvaises conditions climatiques

Les rescapés sont trois des footballeurs du club brésilien de Chapecoense , Danilo, Jackson Follmann et Alan Ruschel, ainsi que deux membres d'équipage. Ils ont été blessés et transférés dans des hôpitaux du secteur, selon radio Caracol.

Les opérations de recherche ont dû être suspendues en raison des mauvaises conditions climatiques et devraient reprendre mardi à partir de 06 heures, a par ailleurs précisé le maire de La Ceja. L'aéroport avait un peu plus tôt précisé qu'en raison de la "mauvaise visibilité", due à de fortes pluies, l'accès au site de l'accident n'était possible que par voie terrestre.

A.Mi avec AFP