BFMTV

Crash du MH17: Poutine joue les ingénus

BFMTV
Lors de la conférence de presse donnée ce jeudi soir avec son homologue français à Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a été interrogé sur les conclusions des experts internationaux au sujet du crash de l'avion MH17 en Ukraine en 2014.

Après avoir fait répéter une première fois au journaliste français sa question, Vladimir Poutine a encore demandé: "De quel avion s’agit-il ?". Lors de sa conférence de presse commune avec Emmanuel Macron jeudi soirle président russe a été interrogé sur les conclusions, dans la journée, de l'enquête internationale sur le crash en Ukraine de l'avion de la Malaysia Airlines MH17 en 2014. Les enquêteurs attribuent la responsabilité de la catastrophe à un missile de l'armée russe. Vladimir Poutine a, lui, feint de manière assez théâtrale ne pas être au courant: "Vous savez, on a travaillé toute la journée, je ne connais pas les détails de l'annonce". 

"Nous n'avons pas vu le texte"

Il a ensuite cessé de finasser: "Je peux vous dire tout de suite notre vision là-dessus: nous avons dès le début proposé un travail conjoint mais nous n’avons pas été admis à l’enquête. La partie ukrainienne y travaille malgré la violation du droit international par les Ukrainiens. Nous devons participer à part entière à l’enquête. Nous allons formuler une réponse mais je n’ai pas vu le texte". 

Emmanuel Macron a, quant à lui, commenté: "Nous avons confiance en l’impartialité de l’équipe d’enquête. (...) Je considère que le rôle de la Russie est d’adopter une position constructive dans cette affaire comme l’a dit le président à l’instant. Je m’en réjouis."

Le président français a aussi fait remarquer, visiblement amusé, à Vladimir Poutine qu'il avait oublié un volet de la question du journaliste français: celui portant sur les cyber-attaques.

"En ce qui concerne les attaques mutuelles dans les mass-médias, l’action rencontre toujours la réaction. Il faut réfléchir aux règles de la conduite qu'on adopte dans ce domaine. Quand on a élaboré la bombe nucléaire, on a fait des règles pour éviter la catastrophe. Nous devons aujourd'hui élaborer les règles communes des mécanismes. Nous avons parlé avec le président pour faire des efforts afin d'élaborer ces règles", a rétorqué Vladimir Poutine. 

Robin Verner