BFMTV

Coronavirus: près de 4 millions d'habitants appelés à "rester chez eux" en Catalogne

Une soignante à Lérida, en Catalogne, le 13 juillet. (Illustration.)

Une soignante à Lérida, en Catalogne, le 13 juillet. (Illustration.) - PAU BARRENA / AFP

La Catalogne impose de nouvelles restrictions à ses habitants après la recrudescence de cas de Covid-19. En Espagne, plus de 150 foyers de contamination ont été détectés depuis la fin du confinement.

Près de 4 millions d'habitants de l'agglomération de Barcelone ont été appelés vendredi à "rester chez eux" pour freiner la reprise de l'épidémie de Covid-19 et tenter d'éviter un nouveau confinement obligatoire.

La deuxième ville espagnole, capitale de la Catalogne, très prisée des touristes, fait face depuis quelques jours à un bond des cas de Covid-19. En conséquence, ses habitants et ceux de plusieurs communes de banlieue "doivent rester chez eux dès qu'il ne leur est pas indispensable de sortir", a demandé la porte-parole du gouvernement régional catalan, Meritxell Budo.

Même si cet appel n'est qu'une recommandation, étant donné que le gouvernement régional n'a pas le pouvoir de restreindre aussi drastiquement la mobilité, il s'agit de "la dernière chance" pour éviter des mesures plus strictes, a mis en garde Meritxell Budo.

"Nous devons revenir en arrière pour ne pas avoir à revenir au confinement total de la population dans les prochaines semaines", a-t-elle encore souligné en demandant également aux Barcelonais de ne pas aller dans leurs résidences secondaires ce week-end.

"Beaucoup de relachement après le confinement"

Au-delà de cet appel à éviter de sortir, le gouvernement régional a annoncé la fermeture des cinémas, des théâtres ou des discothèques, l'interdiction des réunions de plus de dix personnes et des visites dans les maisons de retraite ou la limitation de la capacité d'accueil à 50% dans les bars et restaurants. Ces restrictions, qui doivent durer deux semaines, devront être ratifiées par un juge.

"Si les gens avaient fait tout ce que les autorités recommandaient, nous n'en serions pas là. Ce que je vois c'est que nous sommes revenus à la situation du mois de mars, tout est hors de contrôle", regrette Carles Gispert, DJ de 40 ans à Barcelone. "La vérité, c'est que je m'y attendais parce qu'il y a eu beaucoup de relachement après le confinement", abonde dans son sens une autre habitante.

Le nombre de cas de coronavirus a presque triplé en une semaine à Barcelone où 733 cas positifs de coronavirus ont été détectés cette semaine contre 279 la semaine précédente, selon les autorités catalanes.

Plus de 150 foyers de contamination

L'Espagne, l'un des pays les plus affectés par la pandémie avec plus de 28.400 morts, avait imposé mi-mars l'un des confinements les plus durs au monde. Mais près d'un mois après la fin du confinement, les contagions sont reparties à la hausse. La Catalogne et l'Aragon voisin sont les deux régions qui inquiètent le plus les autorités espagnoles mais les foyers de contagion surveillés sont au nombre de plus de 150 dans l'ensemble du pays.

En Catalogne, 160.000 personnes dans la ville de Lérida et des communes voisines ont déjà été reconfinées mercredi après un bras de fer entre le gouvernement régional et la justice, tandis que de nouvelles restrictions ont été imposées en Aragon, notamment à Saragosse, cinquième ville d'Espagne.

Dans ce contexte, de très nombreuses régions dont la Catalogne ont décidé de renforcer le caractère obligatoire du masque, sous peine d'amende, même lorsque la distance de sécurité est respectée.

C.S. avec AFP avec AFP