BFMTV

Coronavirus: où en est la situation à Wuhan, point de départ de l'épidémie?

Philippe Klein, médecin chef à la clinique internationale de Wuhan, est intervenu sur BFMTV ce mardi matin pour décrire la vie quotidienne dans le berceau du coronavirus.

Une ville de onze millions d'habitants qui sonne creux, des artères populeuses vidées comme après un exode, de larges voies routières entièrement désertées par les voitures. C'est le panorama impressionnant qu'ont dévoilé les images que Philippe Klein, médecin chef de la clinique internationale de Wuhan, capitale du Hubei chinois et berceau du coronavirus, nous a envoyées. Le soignant est intervenu ce mardi matin sur BFMTV depuis la Chine. Il a fait le point sur la situation locale. 

"Aujourd’hui, le 3 mars, il y a eu six cas déclarés dans la Chine continentale et 198 cas dans la région de Hubei. Tout ceci est dû aux efforts extraordinaires accomplis ici en Chine. Mais les épidémiologistes de Wuhan disent qu’il faudra encore tenir cette quarantaine à Wuhan et dans le Hubei jusque fin mars", a-t-il notamment expliqué.

Une longue quarantaine 

Le monde a enregistré 90.000 cas de coronavirus depuis le début de la crise et plus de 3000 morts dont 2943 en Chine, pour la plupart à Wuhan et sa région. Pour autant, ces derniers jours, le rapport s'est inversé. Le nombre de nouveaux cas décroît en Chine et dans le Hubei, à présent surpassé par celui des contractions de la maladie ailleurs sur le globe. "Le pic de l’épidémie à Wuhan et en Chine est franchi. Maintenant, on a une diminution du nombre de nouveaux cas. Et une augmentation du nombre de personnes guéries qui sortent des hôpitaux", a commenté Philippe Klein. 

Il a rappelé les grandes dates du fléau à Wuhan:

"La ville est en quarantaine depuis plus de 40 jours maintenant mais je voudrais rappeler la chronologie des faits qui a valeur d’exemple parce qu’on est dans une région, le Hubei, qui a plus de 50 millions d’habitants. La première alarme a été donnée fin décembre, la ville a été mise en quarantaine le 23 janvier, et en quarantaine stricte à partir du 17 février."

La question de l'alimentation 

Le médecin a prolongé en décrivant la vie quotidienne des habitants de Wuhan:

"Les gens vivent dans leurs appartements, au sein des résidences. Les résidences sont fermées, il n’y a pas de possibilité d'en sortir. (...) Depuis le 17 février, la population est totalement confinée, avec notamment la nécessité de se nourrir, c’est la première des préoccupations. Donc tout est organisé: il y a un approvisionnement au niveau des résidences par la municipalité mais aussi la possibilité de faire des commandes par Internet."

Vers un retour à une activité sanitaire normale 

Cependant, sur place, on organise déjà l'après. "L’hôpital où est installée la clinique internationale est consacré à 100% à la lutte contre le coronavirus donc pour l’instant il est totalement mobilisé mais 19 hôpitaux de campagne ont été construits ces derniers jours à Wuhan et le but est de sortir de ce mode dégradé de médecine, de déplacer les patients atteints d’un coronavirus sévère dans ces hôpitaux de campagne afin de reprendre progressivement une activité sanitaire normale", a développé Philippe Klein. 

Afin de juguler les progrès de la maladie, les autorités chinoises ont fourni de grands efforts à Wuhan. Ainsi, comme le note ici Science Magazine, elles ont mis en place plus de 1800 équipes, composées d'au moins cinq personnes, pour tracer les contacts des malades, soit des dizaines de milliers de personnes. La traçabilité des personnes ayant été en contact des patients est l'une des grandes questions pour contrecarrer l'avancée de l'épidémie. Celle-ci faiblit en Chine mais semble toutefois loin de s'éteindre. 

Robin Verner