BFMTV

Coronavirus: faute de revenus, un zoo allemand envisage de tuer des animaux pour en nourrir d'autres

Nadia, le tigre du zoo du Bronx contaminé au coronavirus.

Nadia, le tigre du zoo du Bronx contaminé au coronavirus. - Julie Larsen Maher - WILDLIFE CONSERVATION SOCIETY - AFP

Avant d'en arriver à cet extrême, le parc zoologique a mis en ligne un appel aux dons afin de sauver l'ensemble des espèces présentes.

La pandémie de coronavirus, et la grave crise sanitaire qui l'accompagne, est à l'origine de dommages collatéraux insoupçonnés. Depuis la mise en place du confinement dans plusieurs pays, de nombreux commerces gardent porte close. C'est aussi le cas pour les espaces culturels tels que les cinémas, théâtres...mais aussi les zoos. 

"Le pire des cas"

Et comme le rapporte Buzzfeed, l'économie de ces derniers est logiquement mise à rude épreuve, faute de fréquentation. Le Tierpark Neumünster, un parc zoologique situé au nord d'Hambourg, en Allemagne, à deux pas de la frontière danoise, n'y échappe pas. 

Si bien que Verena Kaspari, directrice des lieux, a, plus tôt dans la semaine, fait une étonnante annonce. Selon elle, afin de préserver certaines espèces, il serait envisageable de leur donner à manger d'autres animaux gardés dans le zoo. 

"Si, et c'est vraiment dans le pire des cas, nous n'avons plus assez d'argent pour acheter de la nourriture, ou si notre fournisseur ne peut plus nous en fournir, alors nous devrions euthanasier certains animaux pour en nourrir d'autres."

Parmi les animaux potentiellement préservés, plusieurs espèces rares qui cohabitent dans ce parc habituellement très prisé, dont Vitus, un ours polaire de près de quatre mètres. 

Appel aux dons 

Cette hypothèse visant à sacrifier des animaux pour en sauver d'autres a entraîné une levée de boucliers en Allemagne. L'association allemande des parcs zoologiques, en charge du lieu, a même exprimé son désaccord avec cette idée dans un communiqué.

"La proposition d'un des parcs de tuer des animaux en raison de pertes économiques ne représente pas l'opinion de l'association", peut-on lire. 

De reste, de par son statut associatif, le zoo n'a pas droit à une aide financière du fonds d'urgence mis en place dans le pays, souligne de son côté Slate. Alors dans l'espoir de jours meilleurs, un appel aux dons a été lancé

Hugo Septier