BFMTV

Coronavirus: des élus affirment que les Américains rachètent "cash" des masques commandés par la France

Les présidents de régions Grand Est et Paca ont affirmé, que des stocks de masques commandés par la France aient été rachetés par des Américains sur le tarmac d'un aéroport chinois, d'où ils étaient censés partir.

Une concurrence de plus en plus rude entre pays? Des masques commandés en Chine par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois d'où doivent partir les avions de livraison, qui se dirigent ensuite vers les Etats-Unis au lieu de la France, ont affirmé ce mercredi les président des régions Grand Est et Paca, Jean Rottner et Renaud Muselier.

"C'est compliqué, on se bat 24 heures sur 24" pour que les masques soient livrés, a déclaré à ce sujet Jean Rottner au micro de RTL.

"Moi, j'ai une petite cellule au niveau de la région qui travaille d'arrache-pied pour, avec les commanditaires, pouvoir gagner ces marchés. Et effectivement, sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre. Et moi, j'ai été très heureux de voir arriver cet avion chez nous hier soir", a-t-il ajouté.

Sur Twitter, il a réitéré ce jeudi, évoquant des "pratiques désormais courantes sur les tarmacs", tout en maintenant que les commandes de sa région n'avaient pas été concernées. Deux millions de masques chirurgicaux commandés par sa région à la Chine ont été livrés dans la nuit de mardi à mercredi à l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Jean Rottner, lui-même médecin urgentiste, a commandé au total cinq millions de masques, financés par le budget de la région.

"C'est un parcours du combattant incroyable"

Le président de la région Paca Renaud Muselier a également entendu parler de telles pratiques de la part d'acheteurs américains: lors d'une réunion entre les présidents de régions, "un président de région nous a expliqué que sa commande de masques lui avait été piquée sur l'aéroport même, par les Américains, qui ont payé trois fois le prix, en liquide. Mais je ne vous donnerai ni le nom de la région ni le nombre de masques commandés", a rapporté à l'AFP Renaud Muselier.

"La tension est énorme (en Chine), a-t-il affirmé ce jeudi sur BFMTV. "Les escrocs sont multiples et variés et cerise sur le gâteau, il y a un pays étranger qui a payé trois fois le prix de la cargaison sur le tarmac et la région qui avait commandé (les masques) s’est retrouvée démunie. (...) La commande qui était payée et livrable a été détournée parce qu’achetée."

Pour récupérer une commande de quatre millions de masques, prête depuis samedi, la Région Paca a elle "décidé de passer par le biais de Ceva, la filiale logistique de la CMA-CGM", une compagnie maritime d'affrètement française basés à Marseille, a précisé à l'AFP Renaud Muselier.

"Au moins, je suis sûr que personne ne va me les acheter sur le tarmac. Normalement, ils sont sur la route vers l'aéroport. Mais je reste d'une prudence de Sioux, c'est un parcours du combattant incroyable" d'un point de vue logistique, a-t-il constaté. 

Des millions de masques commandés par les régions

"Les régions, nous avons commandé 60 millions de masques", a ajouté Renaud Muselier sur BFMTV. "Nous avons essayé de sécuriser le plus possible nos filières mais les Chinois sont en hypertension et notre mode de comptabilité fait en sorte que nous sommes obligés de payer en trois tiers alors (que d'autres) payent en cash là-bas."

Emmanuel Macron, critiqué pour le manque de masques auquel doit faire face la France, a notamment promis mardi "l'indépendance pleine et entière" d'ici à la fin de l'année pour la production de masques, lors d'une visite dans une usine de fabrication en Anjou. Les Etats-Unis, qui ont tardé à prendre des mesures pour enrayer la propagation du coronavirus sur leur territoire, sont également à la recherche de masques.

Jeanne Bulant avec AFP