BFMTV

Coronavirus: Catalogne, Leicester, Lisbonne... ces lieux où la population doit se reconfiner

Un Allemand portant un masque.

Un Allemand portant un masque. - David GANNON / AFP

Plusieurs pays observent localement un rebond du nombre de contaminations au coronavirus; dans certaines villes ou régions. Ils ont décidé de remettre en place des restrictions de circulation.

Face à un rebond des contaminations au coronavirus dans plusieurs pays, des municipalités ou régions ont décidé de réintroduire des mesures de confinement dans les zones les plus touchées, comme en Catalogne ou à Melbourne.

• La Catalogne, en Espagne

La Catalogne, dans le Nord-Est de l'Espagne, a ordonné ce samedi le confinement d'une zone comprenant quelque 200.000 habitants, autour de Lerida. Les entrées et sorties sont restreintes dans cette zone et les regroupements de plus de dix personnes interdits.

• Lisbonne, au Portugal

Même si le Portugal reste un des pays d'Europe les plus épargnés par le Covid-19, les autorités craignent un rebond des contaminations. Dans la région de Lisbonne, 700.000 habitants d'une vingtaine de quartiers sont appelés à un nouveau "confinement à domicile" depuis le 1er juillet, pour au moins deux semaines.

• Deux cantons de l'Ouest de l'Allemagne

En Allemagne, deux reconfinements locaux d'une semaine ont été annoncés le 23 juin. Ils concernent plus de 600.000 personnes dans deux cantons voisins, Gütersloh et Warendorf, dans l'ouest du pays. Dans le premier, les mesures ont été prolongées jusqu'au 7 juillet. Un reconfinement avait déjà été décidé le 18 mai dans le canton de Coesfeld.

En Grande-Bretagne, le gouvernement a annoncé le 29 juin un durcissement du confinement dans la ville de Leicester, avec notamment la fermeture des magasins non essentiels, au moment où les restrictions étaient en voie d'assouplissement dans le pays.

• Mondragone, en Italie

En Italie, à Mondragone, près de Naples, près de 700 personnes ont reçu l'ordre le 22 juin de se confiner sur leur lieu de résidence.

• L'Ukraine

L'Ukraine a annoncé réintroduire à partir du 19 juin des mesures strictes de reconfinement.

• Wuhan, en Chine

Wuhan, berceau de l'épidémie, a été déconfinée à partir de début avril, mais la mairie a immédiatement réimposé un confinement à 70 quartiers résidentiels parmi les 7.000 de la ville.

• Tamil Nadu, en Inde

Alors qu'elle lève progressivement ses mesures de confinement, l'Inde subit depuis plusieurs semaines une flambée des cas de coronavirus. L'Etat du Tamil Nadu, dans le sud du pays, l'un des États les plus meurtris avec Delhi et le Maharashtra, a ordonné un reconfinement de la population à partir du 19 juin et jusqu'à la fin du mois dans l'agglomération de Chennai, la capitale régionale. Cette mesure concerne environ 15 millions de personnes.

Seuls les commerces essentiels pouvaient ouvrir, comme les magasins d'alimentation ou les stations-essence, mais uniquement entre 6h et 14h. Les habitants n'avaient pas le droit de se déplacer que dans un rayon de deux kilomètres autour de leur domicile, sauf urgence médicale.

• L'Azerbaidjan

L'Azebaidjan a annoncé un reconfinement strict de la population du 22 juin au 1er août.

• Plusieurs états américains

Plusieurs Etats ont fait marche arrière après des assouplissements ou fait une pause dans leur déconfinement, avec notamment une fermeture des bars en Californie, au Texas et en Floride, ainsi que des fermetures de plages en Californie et en Floride.

• Buenos Aires et Cordoba, en Argentine

Les mesures de confinement ont été durcies à Buenos Aires, en Argentine, du 1er au 17 juillet. Le 19 mai, Cordoba, deuxième ville d'Argentine, est par ailleurs revenue sur l'assouplissement du confinement.

• En Guyane

Depuis le 10 juin, les conditions de circulation de la population se sont durcies, avec un reconfinement pour les 16 communes (sur 22) touchées par le virus, du 13 juin au 15 juin, et une extension du couvre-feu les autres jours. Le 25 juin, la préfecture a décidé la fermeture de tous les bars et restaurants, un confinement ciblé d'une vingtaine de nouveaux quartiers, et le durcissement du couvre-feu.

Cy.C. avec AFP