BFMTV

Coronavirus à Pékin: les autorités affirment que l'épidémie est "sous contrôle"

Des Chinois attendent pour se faire tester au coronavirus, le 17 juin 2020 à Pékin.

Des Chinois attendent pour se faire tester au coronavirus, le 17 juin 2020 à Pékin. - GREG BAKER © 2019 AFP

Au total, 158 nouveaux cas de coronavirus ont été officiellement décelés ces derniers jours. Une vaste campagne de dépistage a été lancée.

La Chine se veut rassurante, après la découverte de 158 nouveaux cas de coronavirus à Pékin depuis la semaine dernière, faisant craindre un rebond de l'épidémie de coronavirus. La situation est désormais "sous contrôle", affirment désormais les autorités, malgré 21 malades supplémentaires recensés au cours des 24 dernières heures.

"Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de nouveaux cas demain. Mais (...) ils seront de moins en moins nombreux", a assuré l'épidémiologiste en chef du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Wu Zunyou .

Une vaste campagne de dépistage

Les autorités locales ont engagé depuis quelques jours une vaste campagne de dépistage des habitants et de désinfection des restaurants. Ils étaient des milliers à faire la queue ce jeudi pour se faire tester dans la capitale, où la vie avait repris un cours quasi normal après deux mois sans aucune contamination.

Le marché de gros de Xinfadi, principal lieu d'approvisionnement en fruits et légumes de la capitale, est soupçonné d'être la source de ces nouveaux cas.

Des quartiers en quarantaine

Une trentaine de zones résidentielles, sur les milliers que compte Pékin, ont été placées en quarantaine et tous les établissements scolaires ont été refermés jusqu'à nouvel ordre. Plusieurs bars et restaurants du quartier animé de Sanlitun ont reçu pour consigne de fermer et leurs employés ont été priés de subir un dépistage, a appris l'AFP.

La municipalité a appelé ses habitants à éviter les voyages "non essentiels" en dehors de Pékin et drastiquement réduit les liaisons aériennes. Les personnes habitant dans des zones classées "à risque moyen ou élevé" ont elles interdiction de sortir de la ville.

Il s'agit de "bloquer résolument les canaux de transmission de l'épidémie, pas d'un verrouillage" de la capitale, a voulu rassurer jeudi un responsable municipal, Pan Xuhong.
M.D. avec AFP