BFMTV

Corée du Nord: le Pentagone confirme l'échec d'un nouveau tir de missile par Pyongyang

L'armée nord-coréenne défile lors de la parade militaire à Pyongyang, en Corée du Nord, le 15 avril 2017.

L'armée nord-coréenne défile lors de la parade militaire à Pyongyang, en Corée du Nord, le 15 avril 2017. - AFP

Au lendemain d'une gigantesque parade militaire, la Corée du Nord a effectué un tir de missile, qui a échoué, ce dimanche matin. L'information a été communiquée à Donald Trump.

Le test a "presque immédiatement échoué". Le Pentagone a confirmé la tentative nord-coréenne de réaliser un nouveau tir de missile ce dimanche matin en Corée du Nord. 

"Le commandement des forces américaines dans le Pacifique a détecté et suivi ce que nous estimons être un tir de missile nord-coréen a 11h21 heure de Hawaï, le 15 avril", a déclaré Dave Benham, son porte-parole. Mais "le missile a presque immédiatement explosé", a-t-il ajouté, confirmant les affirmations du ministre sud-coréen de la Défense quelques minutes plus tôt.

"Le commandement américain dans le Pacifique reste pleinement engagé dans sa volonté de travailler étroitement avec nos alliés en Corée du Sud et au Japon, afin de maintenir la sécurité dans la région", a ajouté le porte-parole. Un représentant de la Maison Blanche a précisé de son côté que le président Donald Trump "avait été informé" de ce tir raté.

Pyongyang pourrait frapper le sol américain d'ici moins de deux ans

Les ambitions de Pyongyang dans le secteur nucléaire sont à l'origine de la tension grandissante avec les Etats-Unis ces dernières semaines. Le président Trump a ainsi menacé d'agir de façon unilatérale si Pékin, allié traditionnel de la Corée du Nord, ne réussissait pas à calmer son turbulent voisin.

A ce jour, la Corée du Nord a signé cinq essais nucléaires, les deux derniers en 2016, et de récentes images satellites semblaient démontrer qu'elle préparait un sixième test. Selon les services de renseignement, le régime de Pyongyang pourrait disposer de l'arme nucléaire et frapper le sol américain d'ici moins de deux ans.

A.Mi avec AFP