BFMTV

Carter et l'américain libéré par pyongyang atterrissent à boston

Aijalon Mahli Gomes (au centre), un Américain emprisonné pour avoir pénétré en territoire nord-coréen, retrouve ses proches à l'aéroport de Boston sous les yeux de l'ancien président Jimmy Carter (à gauche), qui a obtenu sa libération. Cet enseignant avai

Aijalon Mahli Gomes (au centre), un Américain emprisonné pour avoir pénétré en territoire nord-coréen, retrouve ses proches à l'aéroport de Boston sous les yeux de l'ancien président Jimmy Carter (à gauche), qui a obtenu sa libération. Cet enseignant avai - -

BOSTON (Reuters) - L'ancien président Jimmy Carter et un Américain emprisonné pour avoir pénétré en territoire nord-coréen ont atterri vendredi à...

BOSTON (Reuters) - L'ancien président Jimmy Carter et un Américain emprisonné pour avoir pénétré en territoire nord-coréen ont atterri vendredi à l'aéroport international Logan de Boston après la libération du prisonnier par Pyongyang.

Aijalon Mahli Gomes, qui a grandi à Boston et a enseigné l'anglais en Corée du Sud, a été arrêté en janvier et condamné à huit ans de travaux forcés pour être passé illégalement de Chine en Corée du Nord.

A son arrivée à l'aéroport, Gomes a été accueilli par une vingtaine de membres de sa famille. Ni lui, ni l'ancien président américain, âgé de 85 ans, n'ont fait de déclaration à la presse.

Selon certaines informations, Gomes, qui avait le visage fermé, serait en mauvaise santé et nécessiterait un traitement médical.

Dans un communiqué, la famille Gomes affirme que les huit mois de captivités ont constitué une "longue période, sombre et difficile" et elle remercie Carter.

Les autorités de Pyongyang ont invité l'ancien président américain à rendre visite à Gomes un mois après ce que des médias nord-coréens ont présenté comme une tentative de suicide.

Le département d'Etat américain a souligné que le déplacement de Carter était un voyage privé de type humanitaire et qu'il n'allait pas à Pyongyang en tant que représentant du gouvernement américain.

Il y a un an, un autre ancien président américain, Bill Clinton, avait effectué un voyage similaire en Corée du Nord pour obtenir la libération de deux journalistes américaines emprisonnées qui avaient aussi été accusées d'entrée illégale dans le pays.

Scott Malone, Nicole Dupont pour le service français