BFMTV

CARTE - Qui sont les Européens partis faire le jihad?

La France est la principale origine des jihadistes issus de pays européens.

La France est la principale origine des jihadistes issus de pays européens. - Welayat Raqa - AFP ; montage BFMTV

Français, Britanniques, Belges, Allemands: les Européens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs de groupes jihadistes en Syrie et en Irak, et notamment de Daesh. D'où viennent ces combattants étrangers? Réponse en une carte.

Les chiffres sont impressionnants. Selon la CIA, 20.000 à 31.500 personnes constituent les rangs de Daesh (également connu sous le nom de "l'Etat islamique") en Irak et en Syrie, parmi lesquels 2.000 Occidentaux. Alors que le groupe jihadiste poursuit son avancée fulgurante sur les territoires syrien et irakien, les autorités occidentales s'inquiètent du nombre croissant de leurs ressortissants qui rejoignent le front, au nom du jihad.

La France en tête

Parmi ces Occidentaux, de nombreux Européens, Français en tête. En effet, selon un rapport parlementaire, environ 950 individus issus de l'Hexagone sont impliqués dans les filières syriennes. Parmi eux, 350 combattent actuellement en Irak et en Syrie, 150 sont en transit vers la zone et 220 manifestent des velléités de départ. Par ailleurs, 180 individus seraient déjà rentrés sur le territoire français après avoir combattu en Syrie. 

Une situation hors de contrôle, qui a poussé le gouvernement à élaborer un projet de loi sur la lutte contre le terrorisme. Le texte, examiné à l'Assemblée nationale depuis lundi soir, vise notamment à empêcher le départ de candidats au jihad en interdisant la sortie du territoire ou en renforçant la surveillance sur Internet, où les groupes islamistes communiquent et recrutent à tour de bras.

La Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Belgique sérieusement concernées

Mais la France n'est pas le seul pays européen en première ligne. En Grande-Bretagne, où l'arsenal législatif sur la question a déjà été renforcé, ils seraient au moins 500 jihadistes partis en Syrie et en Irak, et 250 seraient déjà revenus, selon le Premier ministre David Cameron. Toutefois, leur nombre serait largement sous-évalué, selon le député de Birmingham Khalid Mahmood, qui table plutôt sur 1.500 Britanniques parmi les jihadistes. 

Avec 400 ressortissants partis faire le jihad, selon les chiffres de l'Institut international d'étude de la radicalisation (ICSR), basé à Londres, l'Allemagne se place en troisième position. Berlin vient d'ailleurs de se doter d'armes juridiques interdisant toute activité de soutien, de recrutement et de propagande à l'égard de Daesh sur le territoire allemand. 

Viennent ensuite la Belgique, où ces individus sont plus de 250, et les Pays-Bas, où 130 personnes sont concernées. Le Danemark, la Suède et l'Espagne auraient, pour leur part, vu 100 de leurs ressortissants quitter le pays pour rejoindre le front syrien, toujours selon les chiffres de l'ICSR.

Ces données sont toutefois à mettre en relation avec le nombre d'habitants de chaque pays. Ainsi, lorsqu'il s'agit d'analyser la proportion de combattants jihadistes sur la population totale, la Belgique se place loin devant, avec 22 départs pour le jihad pour un million d'habitants. 

Adrienne Sigel, Olivier Laffargue