BFMTV

Autriche, Danemark... Ces pays où le déconfinement commence dès avril

Des Italiens en train d'assister à une messe depuis leur fenêtre à Rome, en raison des mesures de confinement liées au coronavirus.

Des Italiens en train d'assister à une messe depuis leur fenêtre à Rome, en raison des mesures de confinement liées au coronavirus. - Tiziana FABI / AFP

Au Danemark comme en Italie, plusieurs pays européens envisagent l'étape d'après le confinement. "La vie ne sera plus la même pendant longtemps", a toutefois souligné le le président de l'Institut supérieur de la santé italien.

En France, il est encore "trop tôt pour parler du déconfinement". C'est ce qu'a affirmé ce mardi matin sur BFMTV-RMC le ministre de la Santé, Olivier Véran, ajoutant que le “confinement durera aussi longtemps qu’il sera nécessaire”. "Plusieurs semaines", "probablement jusqu’à début mai", a ensuite complété, toujours sur notre antenne, Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique réuni autour d'Emmanuel Macron.

Si France le bilan quotidien des autorités sanitaires montre que l’épidémie de coronavirus n’a pas encore atteint son pic, d’autres pays européens voient eux, le nombre de victimes diminuer. Du Nord à l'Est de l’Europe, plusieurs Etats ont déjà détaillé leur stratégie de déconfinement avec, pour certains pays, un calendrier qui débute dès avril.

  • En Autriche, une "remise en marche" à partir du 14 avril

L'Autriche a présenté ce lundi un plan d'assouplissement des restrictions en vigueur contre le coronavirus, avec une "remise en marche par étapes", à partir de Pâques. Après la réouverture des petits commerces le 14 avril, tous les autres magasins devraient suivre début mai, suivis des restaurants mi-mai. Dans le même temps, les Autrichiens devront continuer à limiter leurs déplacements à l'essentiel jusqu'à la fin du mois d'avril. Les écoles devraient rester fermées jusqu'à la mi-mai, l'enseignement supérieur poursuivant les cours en ligne jusqu'à la fin de l'année universitaire.

Le monde de la culture et du sport devra être plus patient. Alors que les musées et les salles de concert qui font la réputation Vienne sont fermés depuis le 11 mars, il n'est pas question d'autoriser les manifestations culturelles, ni tout autre rassemblement public, avant le mois de juillet, au plus tôt.

  • En République tchèque, des contraintes atténuées pour Pâques

Le gouvernement tchèque, qui avait interdit des rassemblements de plus de deux personnes, a annoncé ce lundi qu'il allait atténuer avant Pâques quelques contraintes adoptées pour freiner la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus. Dès ce mardi, les coureurs ou les cyclistes tchèques ne seront plus obligés à porter un masque, a indiqué le vice-Premier ministre Karel Havlicek.

Les magasins de jardinage, de matériaux de construction et de vélos rouvriront jeudi, à la veille d'un week-end de quatre jours que de nombreux Tchèques comptent passer dans leur maison de campagne. Entre le 9 et le 13 avril, les citoyens ne pourront quitter leurs maisons que pour aller travailler, assister à l'enterrement d'un membre de leur famille, se rendre chez un médecin, faire une promenade dans la nature à proximité de leur domicile, ou aider un voisin.

Le vice-Premier ministre Karel Havlicek a ajouté que le gouvernement envisageait la réouverture partielle des frontières le 14 avril - pour les Tchèques voyageant pour raisons professionnelles, familiales ou médicales -, mais que la décision n'était pas encore prise.

  • Au Danemark, la réouverture des écoles dès le 15 avril

Une levée progressive des restrictions en vigueur au Danemark a été décidée par le gouvernement, avec la réouverture des crèches, écoles maternelles et primaires à partir du 15 avril. Les collégiens et lycéens devront, eux, attendre le 10 mai. Bars, restaurants, salons de coiffures et de massages, centres commerciaux et discothèques restent toutefois fermés, et les rassemblements de plus de 10 personnes interdits.

Les grands rassemblements sont eux interdits jusqu'en août. "Le quotidien ne va pas revenir comme avant pour le moment. Nous allons vivre avec de nombreuses restrictions pendant encore de nombreux mois", a prévenu la Première ministre Mette Frederiksen.
  • En Italie, la "phase 2" envisagée pour la mi-mai

Avec 16.523 morts, l’Italie est à ce stade le pays au monde le plus touché par le coronavirus. Mais "la courbe a commencé sa descente", a assuré le patron de l'Institut supérieur de la Santé, Silvio Brusaferro. Le président du Conseil, Giuseppe Conte, réfléchit donc lui aussi à la phase d’après: “Nous planifions la phase 2 de l’urgence pour assouplir certaines mesures et apprendre à vivre avec le virus”, a-t-il déclaré.

Avec prudence, le chef de la Protection civile a évoqué le 16 mai comme date possible d’entrée dans la phase 2. Le gouvernement a présenté un plan stratégique en cinq points "pour sortir graduellement" de la pandémie préconisant le port du masque généralisé, la "distanciation sociale scrupuleuse dans les lieux de vie et de travail" et un réseau d'hôpitaux se consacrant au Covid-19 qui resteront ouverts après la crise pour empêcher un éventuel retour du virus.

Les premières activités qui devraient reprendre sont celles liées à la chaîne d'approvisionnement alimentaire et pharmaceutique. Cela devrait aussi être le cas des artisans dont les boutiques voient passer un nombre limité de personnes. Les bars, restaurants, discothèques ou salles de sport seront les derniers à rouvrir.

"Même lorsque les cas de coronavirus seront tombés à zéro, la vie ne sera plus la même pendant longtemps", a prévenu cette semaine le président de l'Institut supérieur de la santé (ISS), Silvio Brusaferro.
Esther Paolini avec AFP