BFMTV

Au moins 71 morts dans plusieurs attentats en Irak

Ruines d'une maison à Falloudja. Plusieurs attentats ont fait au moins 71 morts et plus de 200 blessés en Irak, principalement dans la région de Bagdad. /Photo prise le 10 mai 2010/REUTERS/Mohanned Faisal

Ruines d'une maison à Falloudja. Plusieurs attentats ont fait au moins 71 morts et plus de 200 blessés en Irak, principalement dans la région de Bagdad. /Photo prise le 10 mai 2010/REUTERS/Mohanned Faisal - -

par Assil Kami et Souadad al Salhi BAGDAD - Plusieurs attentats ont fait au moins 71 morts et plus de 200 blessés en Irak, principalement dans la...

par Assil Kami et Souadad al Salhi

BAGDAD (Reuters) - Plusieurs attentats ont fait au moins 71 morts et plus de 200 blessés en Irak, principalement dans la région de Bagdad, apprend-on auprès des hôpitaux et des services de sécurité irakiens.

Ces attentats, dans divers quartiers de la capitale ainsi qu'au nord, à l'ouest et au sud de Bagdad semblent destinés à montrer que les insurgés sunnites d'Al Qaïda restent une force avec laquelle le gouvernement doit compter malgré les revers que celui-ci lui a infligés.

Le gouverneur de la province de Babel, Salamane al Zarkani, a estimé que cette vague d'attaques "terroristes" était une réaction aux efforts toujours en cours des diverses factions chiites pour constituer un gouvernement de coalition après les élections du 7 mars.

A Hilla, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale, deux attentats suicide à la voiture piégée devant l'entrée d'une usine textile que les ouvriers quittaient après leur travail ont fait au moins 35 morts et 136 blessés, selon des sources médicales.

Une troisième explosion s'est produite alors que policiers et ambulanciers se ruaient sur place, faisant d'autres victimes.

A Al Souaïra, à 50 km au sud-est de Bagdad, un kamikaze à pied et un autre au volant d'une voiture piégée ont déclenché leurs explosifs sur un marché, faisant 13 morts et une quarantaine de blessés, selon un membre du conseil de la province de Wassit.

ATTAQUES CONCERTÉES

Dans la capitale, six barrages des forces de sécurité ont été attaqués à l'aube par des groupes armés qui ont tué sept membres des forces de l'ordre irakiennes, a-t-on appris de source proche du ministère de l'Intérieur.

Des bombes ont en outre explosé à proximité de trois autres "checkpoints", faisant plusieurs blessés, a-t-on précisé de même source.

D'autres attentats ont fait plusieurs morts dans la province d'Anbar, à l'ouest de la capitale, et dans la ville de Mossoul, dans le nord du pays.

Les attaques à Bagdad se sont produites pratiquement à la même heure. Pour ajouter à l'effet de surprise, les assaillants ont fait usage de silencieux.

"C'est un message qui nous est adressé pour dire qu'ils peuvent nous attaquer simultanément en différents endroits de la ville parce qu'ils ont des cellules actives partout", a commenté un responsable du ministère ayant requis l'anonymat.

Deux des barrages attaqués se trouvent dans l'est de la capitale, un troisième dans le sud de la ville et les autres dans l'ouest.

Une bombe déclenchée au passage d'une patrouille de police a par ailleurs coûté la vie à deux civils dans le sud de Bagdad, l'explosion d'une voiture piégée à Tarmia, dans la banlieue nord de la capitale, a fait trois morts et 16 blessés.

Une série d'attentats contre le domicile de plusieurs membres des forces de l'ordre ont fait quatre morts à Falloudja, 70 km plus à l'ouest.

Jean-Stéphane Brosse, Guy Kerivel et Marc Delteil, édité par Gilles Trequesser